| Page d'accueil | • Entrée pasteurweb • Présentation du site • Introduction • Sommaire des articles • Dossiers complets • Témoignage

Encouragement

| Page d'accueil |
| Remonter|
Enoch
Noé
Job 1
Job 2
Abraham
Samson
David - Psaume 51
Barnabas à Antioche

Réflexions sur le livre de Job (2 ème partie)

Je sais que mon rédempteur est vivant, Et qu’il se lèvera le dernier sur la terre. Job 19:25 

Cette parole exprimée par un homme souffrant, à la limite de la rupture, est un exemple merveilleux des certitudes de la foi. Job proclame sa confiance en ce Dieu qui se tait, en sa souveraineté absolue et son triomphe final.

Les paroles  de Job, dans ces moment là,  sont comme des éclaircies dans un ciel nuageux, elles jaillissent comme des éclairs lumineux dans l'obscurité. Job sait, même s'il ne comprend pas ce qui arrive,  que Dieu est son rédempteur, qu'il est vivant et qu'il aura le dernier mot.  

C’est cela,  garder la foi et la patience dans l’épreuve. Jacques 5.11 " Vous avez entendu parler de la patience de Job. "

Plusieurs choses apparaissent dans les discours de Job :

  • L’intensité de la souffrance, qui entraîne des paroles excessives prononcées dans l’excès de la douleur. 1 Samuel 1.16.

  • Pour lui aussi, comme pour beaucoup d'autres, sa plainte est le produit de son angoisse et de son amertume. 7.11 et 10.1

  • Les limites obligées de notre compréhension des choses et de la connaissance de Dieu. Job23.15/16 – 42.5 : " J’avais entendu parler de toi…"

  • Enfin malgré la souffrance extrême et son incompréhension, Job demeure confiant. Job.13.3,15

C’est ce dernier aspect du comportement de Job, qui a sans doute fait que Jacques cite comme modèle " la patience de Job ". C’est ce qui fera l’objet de notre réflexion.

  • Job confesse à la fois les limites de la connaissance de Dieu que l’être humain peut avoir et en même temps le fait que nul n’est juste devant le Tout-Puissant. Ch.9.1/20

  • Il pose néanmoins à Dieu la question du pourquoi de son épreuve, en terme de relations avec lui. 10.1/17…Lui aussi est confronté à l’absence apparente de Dieu. 23.3,8/9 : " Si je savais où le trouver… "

  • Pourtant, Job reconnaît sa dépendance du Créateur pour ce qui concerne son existence personnelle : " Tes mains m’ont formées… " 10.8/12 – 12.10

  • Malgré sa détresse, il conserve une certaine assurance : " Je veux parler au Tout-Puissant… "13.3

  • En dépit des décisions de Dieu, il décide de lui garder sa confiance. 13.15

  • Il est déterminé à continuer de plaider sa cause quoiqu’il en advienne.13.3,13/16

  • Job proclame qu’il a un témoin dans le ciel…16.18/22

  • Malgré qu’il croit que c’est Dieu qui le poursuit, il fait preuve d’une formidable espérance. 19.25/27

Job fait la démonstration qu’au sein de l’épreuve la plus noire et en dépit d’une intense souffrance, il est possible de garder la foi et l’espérance.

  • Sa connaissance de Dieu est celle " du Tout-Puissant ", expression qui revient très souvent dans ses discours.

  • Job glorifie " le Créateur ". 23.23/28

  • Il reconnaît la providence divine sur sa vie. 29.2,4/5

Son discours  est pathétique (30.16/31). Il remet à leur place les moralistes et les donneurs de leçons dans leur suffisance .16.1/5 - 26.2/4…

Lui aussi, l’homme souffrant, sait les choses …12.1/3 – 13.1/2…

Enfin, Job est l’image même de ce que nous sommes tous, lorsque l’épreuve se fait pressante : un mélange de foi et de doute, d’espérance et de désespoir, de confiance et de découragement.

Au fait, c’est quoi la foi ? N’est-ce pas  ce sentiment qui subsiste au fond de nous dans l'épreuve la plus difficile, que quoi qu’il arrive Dieu se lèvera finalement et qu’il nous sera favorable ? 19.25/25

On peut dire que cette exclamation de l’homme éprouvé est le sommet du livre de Job, tant elle renferme tout le sentiment d’espoir qu’un être souffrant conserve au fond de lui :

Je sais, envers et contre tout, que mon rédempteur est vivant et qu’il aura le dernier mot !

Les amis de Job.

L’auteur du livre les appelle " les amis de Job ", ils sont trois. 2.11/13

Il font certainement partie des nombreuses relations de Job, car " les amis du riche sont nombreux " Prov.14.20 et 19.4,6,7

Ce sont de vrais amis, qui sont là dans l’épreuve, alors que de nombreux autres ne se manifestent pas.

Ces trois là apprennent les malheurs de Job et ils se concertent, prenant ensemble la décision de visiter leur ami affligé, afin de prendre part à son épreuve et le consoler. Ils sont loin de se douter de la gravité de la situation. Et lorsqu’ils découvrent combien sont grandes ses souffrances, ils n’ont plus de mots pour lui venir en aide. 2.12/13

Ils restent silencieux, remplis de souffrance et de compassion, envers celui avec qui ils ont tissé des liens d’une solide amitié. Il est difficile de consoler la souffrance profonde et de venir en aide au désespoir

Les trois amis de Job ont une certaine connaissance de Dieu et leurs discours le démontrent, mais  nous atteignons vite les limites de nos propres capacités à consoler.

Cependant leur présence silencieuse et affectueuse du début, était certainement plus efficace pour Job que leurs discours, qui au fur et à mesure ont pris la tournure de l’accusation et du jugement, à tel point que l’incompréhension va creuser un fossé profond de désaccord et d’amertume entre Job et eux.

Job leur dira d’ailleurs : " Que n’avez vous gardé le silence ! " Job 13.5

Dieu dit à leur égard, qu’ils n’ont pas parlé de Lui avec vérité, contrairement à Job son serviteur. 42.7

Il est difficile de rester serein lorsque la discussion s’enflamme et que nous sommes amenés à défendre notre point de vue. Nous voulons surtout que notre propre raison triomphe, avoir le dernier mot.

Vous n’avez pas parlé de moi, avec droiture. Ils n’étaient pas suffisamment détachés de la valeur de leur raisonnement et au fil de leur discussion avec Job, chacun va s’enfermer dans sa conception de la justice de Dieu.

Nous pouvons vite glisser vers l’esprit de parti. " J’ai raison, ma façon de voir est la meilleure, ma doctrine est la seule vraie, etc…

C’est ainsi que se forment les clans, les rivalités, les divisions. Paul appelle cela les œuvres de la chair. Galates 5.20

Il faut noter qu’il est facile de passer d’un sentiment de compassion réelle à une discussion âpre, engendrant une querelle. " Avant que la dispute s’anime retire toi. " Proverbes 17.14

L’affrontement a été tellement intense entre Job et ses amis, que Dieu a dû demander à son serviteur d’intercéder pour le pardon et la réconciliation, avant de le rétablir . 42.7/9

Nous retrouvons dans ce texte, l’enseignement de Jésus concernant la nécessité du pardon réciproque et de la réconciliation, pour le maintient de bonnes relations avec Dieu. Matthieu 5.21 à 26 – Marc 11.25/26.

L’apôtre Jacques rappelle cette nécessité du pardon, pour l’exaucement de la prière. Jacques 5.16

" La prière du juste, c’est à dire de celui qui est justifié et qui agit selon la justice, a une grande efficace. "

En toutes choses il faut considérer la fin !

Ce proverbe, attribué aux jésuites, parait cynique dans sa formulation. Il donne à certains la pensée que tout est permis, même les choses les plus noires, les calculs les plus tordus, pourvu que l'on réussisse.

Ce n'est pas là, la mentalité des justes. L'apôtre Jacques n'a jamais eu la pensée de justifier les mauvaises actions pourvu que leur finalité soit une réussite.

Jacques 5:11 Voici, nous disons bienheureux ceux qui ont souffert patiemment. Vous avez entendu parler de la patience de Job, et vous avez vu la fin que le Seigneur lui accorda, car le Seigneur est plein de miséricorde et de compassion.

Jacques veut nous exhorter à la patience dans l'épreuve en nous rappelant la fidélité, la miséricorde et la compassion de Dieu en faveur de ceux qui sont affligés.

Bien que la justice du juste ne semble pas toujours récompensée immédiatement et que la méchanceté du méchant reste impunie, Dieu, à la fin sait remettre les choses à leur juste place. C'est ce que proclame Asaph :

J’ai pris garde au sort final des méchants. Psaume 73.17 

Dans le paume 37, David dit :

Verset 34/37 Espère en l’Éternel, garde sa voie, Et il t’élèvera pour que tu possèdes le pays; Tu verras les méchants retranchés.

J’ai vu le méchant dans toute sa puissance; Il s’étendait comme un arbre verdoyant. Il a passé, et voici, il n’est plus; Je le cherche, et il ne se trouve plus.

Observe celui qui est intègre, et regarde celui qui est droit; Car il y a une postérité pour l’homme de paix.

37.25 : Je n’ai jamais vu le juste abandonné.

David, comme bien d’autres et Job lui-même, ont connu la perplexité lorsque l’épreuve frappe les justes et semble épargner les méchants. Et c’est en cela aussi que l’expérience de Job peut nous être utile, car après avoir vécu ce qui nous semble être une souffrance injuste, il va entrer à nouveau dans la prospérité de la bénédiction divine.

Job 42.10 "L’Éternel rétablit Job dans son premier état… et lui accorda le double de tout ce qu’il avait possédé."

Lorsque Dieu permet l’épreuve, il a aussi préparé le moyen d’en sortir. 1 Cor.10.13

L’exemple de ceux qui ont été éprouvés et que Dieu a délivrés de l’épreuve, nous est précieux.

Le malheur peut atteindre le juste, mais l’Éternel l’en délivre toujours. Psaume 34.20

Et puis, même lorsque l’épreuve demeure, comme une écharde qui pourrait nous paraître insupportable, elle est accompagnée d’une provision de grâce divine, qui en adoucit la rigueur. 2 Cor.12.8/10

Revenons à Job.

  • Ses amis, sont arrivés au bout de leurs arguments, sans le convaincre. Job.32.12

  • Elihu, " le prédicateur ", s’enflamme de colère et va à son tour entrer en contestation avec Job, qui ne lui répond pas. D’ailleurs, Dieu non plus, ne fait pas mention d’Elihu.

  • Enfin Job aussi a épuisé tous ses moyens de défense.

Jusque là, Dieu s'est tu. Pendant ce long silence Job semble abandonné, même de Dieu. Il nous semble parfois que le Seigneur s'est détourné de nous, nous laissant en proie à une détresse profonde.

Le psalmiste qui a connu cette situation s'écrie :

Pourquoi, ô Éternel! te tiens-tu éloigné? Pourquoi te caches-tu au temps de la détresse Psaumes 10:1

Mon Dieu! je crie le jour, et tu ne réponds pas; La nuit, et je n’ai point de repos. Psaumes 22:2

Mon Dieu! mon Dieu! pourquoi m’as-tu abandonné, Et t’éloignes-tu sans me secourir, sans écouter mes plaintes Psaumes 22:2

Jésus exprimera cette parole prophétique, dans un moment terrible d'angoisse, lorsque son Père semble absent. Matthieu 27.46

Parfois, nous aussi nous ressentons cette solitude, comme si Dieu nous laissait nous débattre seuls dans nos épreuves. Alors nous croyons qu'il ne s'intéresse pas à nous. Soit nous l'accusons d'indifférence, soit nous nous culpabilisons, nous demandant quel péché nous cache sa face.

Mais rien de cela n'est juste, car Dieu n'est jamais réellement absent :

Psaumes 10:14 Tu regardes cependant, car tu vois la peine et la souffrance, Pour prendre en main leur cause; C’est à toi que s’abandonne le malheureux, C’est toi qui viens en aide à l’orphelin.

Proverbes 15:3 ¶ Les yeux de l’Eternel sont en tout lieu, Observant les méchants et les bons.

Jérémie 23:24 Quelqu’un se tiendra-t-il dans un lieu caché, Sans que je le voie? dit l’Éternel. Ne remplis-je pas, moi, les cieux et la terre? dit l’Eternel.

2 Chroniques 16:9 Car l’Éternel étend ses regards sur toute la terre, pour soutenir ceux dont le cœur est tout entier à lui.

Psaumes 34:15 Les yeux de l’Éternel sont sur les justes, Et ses oreilles sont attentives à leurs cris.

Le Seigneur Jésus nous rassure, en ce qui concerne la vigilance de notre Père céleste :

Matthieu 10. 29 Ne vend-on pas deux passereaux pour un sou? Cependant, il n’en tombe pas un à terre sans la volonté de votre Père. Et même les cheveux de votre tête sont tous comptés. Ne craignez donc point: vous valez plus que beaucoup de passereaux.

Dans les jours les plus sombres de notre vie, même lorsque tout voudrait prouver le contraire, Dieu est là, veillant sur nous et prêt à intervenir au moment opportun, lorsque tout semble perdu, comme lorsque Jésus se lève à la prière des apôtres et apaise la tempête. Matthieu 8.24/26

Alors l’Éternel paraît au milieu de la tempête. Il répond à Job. 38.1

Il ne discute pas avec Job : Il se révèle comme 

  • Le Tout-Puissant, dans sa sagesse, son intelligence, sa puissance, sa souveraineté, sa justice et sa bonté.

  • Celui dont les desseins, les voies, sont insondables. Esaïe 40.28

Il est étonnant que la première parole de Dieu à Job soit une parole de reproche. Nous aurions pensé que le Seigneur va s'approcher avec tendresse pour consoler son serviteur éprouvé et voilà que Dieu dit :

Qui est celui qui obscurcit mes desseins par des discours sans intelligence ? Job 38:2

Nos discours, sans la compréhension des pensées de Dieu, obscurcissent ses desseins. C'est vrai, nous parlons trop, nous croyons avoir réponse à tout, surtout dans l'épreuve et cela n'est pas bon.

Écoutons le prophète. Lamentation de Jérémie. 3.26…

Il est bon d’attendre en silence Le secours de l’Éternel. Il est bon pour l’homme De porter le joug dans sa jeunesse.

Il se tiendra solitaire et silencieux, Parce que l’Éternel le lui impose; Il mettra sa bouche dans la poussière, Sans perdre toute espérance;

Car le Seigneur Ne rejette pas à toujours. Mais, lorsqu’il afflige, Il a compassion selon sa grande miséricorde; Car ce n’est pas volontiers qu’il humilie Et qu’il afflige les enfants des hommes.

Dieu répond à Job et ce dernier ne pourra rien répliquer. Job 39.34/38

Qui peut disputer contre le Tout-Puissant, qui peut entrer en contestation avec Dieu ? L’homme serait-il juste devant lui ? 39.34/35

" Je suis trop peu de chose, que te répliquerai-je ? Je mets ma main sur ma bouche. 39.36

Nous retrouvons ici la même pensée que dans les Lamentations de Jérémie, 3.26,28, 31 à 36

L’épreuve de Job, aura servi, entre autre, à donner à ce dernier, une meilleure connaissance de Dieu, ainsi que la conscience de ses propres limites. Job.42.1 à 6

L’humilité précède la gloire et la souffrance peut aussi servir à nous rendre plus humbles, si nous savons la laisser nous instruire.

Avant son rétablissement, et après que Dieu se soit révélé plus parfaitement à son serviteur, Job se condamne et se repent. 42.6. Ses yeux se sont ouverts sur la personnalité de l’Éternel : Mon œil t’a vu. 42.5

La révélation est un élément fondamental de la connaissance de Dieu. Matthieu 16.17 - 1 Corinthiens 2.11/16

Pour Job, comme pour Pierre et Paul, ainsi que pour nous, il nous faut apprendre le discernement spirituel des choses de Dieu et l’épreuve peut nous aider.

Finalement, nous apprenons que le Seigneur ne nous oublie pas, mais il veut que nous comprenions certaines choses essentielles à notre croissance spirituelle, à notre perfectionnement d'enfants de Dieu.

Ezéchias l'a bien compris :

Que dirai-je? Il m’a répondu, et il m’a exaucé. Je marcherai humblement jusqu’au terme de mes années, après avoir été ainsi affligé.

Seigneur, c’est par tes bontés qu’on jouit de la vie, C’est par elles que je respire encore; Tu me rétablis, tu me rends à la vie.

Voici, mes souffrances mêmes sont devenues mon salut…Esaïe 38.15/17

Jésus, le Fils de Dieu lui-même, est passé par ce chemin obligé de la souffrance injuste. A combien plus forte raison devons-nous en accepter non seulement le principe, mais parfois l'expérience.

Hébreux 5:8 Il a appris, bien qu’il fût Fils, l’obéissance par les choses qu’il a souffertes,

Hébreux 2:10 Dieu a élevé à la perfection par les souffrances le Prince de notre salut.

Il n'a pas résisté :

Esaïe 50.5/7 Je n’ai point résisté, Je ne me suis point retiré en arrière. J’ai livré mon dos à ceux qui me frappaient, Et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe; Je n’ai pas dérobé mon visage Aux ignominies et aux crachats.

Mais le Seigneur, l’Eternel, m’a secouru; C’est pourquoi je n’ai point été déshonoré, C’est pourquoi j’ai rendu mon visage semblable à un caillou, Sachant que je ne serais point confondu.

Un passage obligé : la réconciliation.

Nous avons vu que cette longue dispute entre Job et ses amis a engendré une  fracture dans leur amitié réciproque. Avant le rétablissement de Job, Dieu lui a demandé de prier pour ses amis. Ce qui nous amène aux instructions de Jésus, concernant le pardon des offenses. Matthieu 5.23/26 – 6.12 – Marc 11. 25 et 26

Job 42.10 " L’Éternel rétablit Job dans son premier état, lorsque Job eut prié pour ses amis "

La repentance, la miséricorde, l’intercession pour les autres, la réconciliation, sont autant d'éléments  nécessaires à l’intervention de Dieu pour la restauration.

Toutes choses deviennent nouvelles:

- Une nouvelle connaissance de Dieu et de lui même. Job 42.1/6

Job répondit à l’Éternel et dit: Je reconnais que tu peux tout, Et que rien ne s’oppose à tes pensées.

Quel est celui qui a la folie d’obscurcir mes desseins? -Oui, j’ai parlé, sans les comprendre, De merveilles qui me dépassent et que je ne conçois pas.

Écoute-moi, et je parlerai; Je t’interrogerai, et tu m’instruiras.

Mon oreille avait entendu parler de toi; Mais maintenant mon oeil t’a vu.

C’est pourquoi je me condamne et je me repens Sur la poussière et sur la cendre.

- Une nouvelle prospérité

  • Une nouvelle famille,

  • Le double de richesses.

  • Une vie abondante, prolongée, enrichie d’une restauration complète

- Une nouvelle mentalité

Déjà, avant son épreuve, Job était un intercesseur. Il offrait des sacrifices pour ses enfants et cela peut se concevoir sur le plan affectif. Qui ne prie pas pour ses enfants ?

Il y a aussi dans le cœur de Job, le souci de plaire à Dieu, au Tout-Puissant.

Après son épreuve, Job va entrer dans l’intercession miséricordieuse : il va prier pour ses amis qui l’ont offensé.

Ce qui marque surtout le changement de mentalité de " après l’épreuve " c’est la mention " des filles de Job qui héritent " avec leurs frères.

Ce n’était pas la coutume de l’époque, en ce qui concerne le statut de la femme.

Il y a en cela, une espèce de révolution de la conception, comme une nouvelle naissance, un changement dans la pensée de Job, un élargissement de son esprit, une espèce de libération eu égard aux usages et coutumes traditionnels.

Il apparaît donc que dans l’épreuve de Job, il y a  " un avant " et " un après ". Il est devenu un homme différent : un homme nouveau.

Finalement, l’expérience de Job entre dans l’élaboration des desseins de Dieu, non seulement pour les destinées d’un homme et de sa famille, mais pour l’ensemble d’une situation céleste et universelle, concernant la souveraineté de Dieu.

C’est le triomphe d’un défi mystérieux. " Voici, je te le livre… " Job 1.12 et 2.6

C’est l’annonce d’un autre défi, non moins victorieux. Genèse 3.15 – Hébreux 2.14 – Colossiens 2.14/15

Job, le juste, éprouvé injustement, dépouillé, humilié, abandonné, est une figure d'un autre juste, et quel juste ! Notre Seigneur Jésus-Christ, le Fils de Dieu, livré à la tentation, à la souffrance et à la mort, au déchaînement de la haine destructrice terrible du malin, pour l’accomplissement du dessein sublime de Dieu en notre faveur : le sacrifice éternel de notre rédemption.

VICTOIRE AU SEIGNEUR DE LA VIE !

Retour à la première partie

 

Haut de page

Lire aussi :