| Page d'accueil | • Entrée pasteurweb • Présentation du site • Introduction • Sommaire des articles • Dossiers complets • Témoignage

Encouragement

| Page d'accueil |
| Remonter|
Enoch
Noé
Job 1
Job 2
Abraham
Samson
David - Psaume 51
Barnabas à Antioche

reflexion sur le livre de job (1ère partie)

Ce qui suit n'est pas une étude au sens propre du terme, mais plutôt une réflexion sur le livre de Job, que j'ai exposée aux cours des études hebdomadaires de l'Église de Levallois et dont j'ai voulu vous faire profiter, tellement l'exemple de Job est révélateur en ce qui concerne la souveraineté de Dieu, l'acharnement du diable, l'incompréhension des humains dans des situations douloureuses.

Le but du livre : Comme tout ce qui a été écrit d'avance, le livre de Job est là pour apporter la patience et la consolation, et pour nous instruire sur la raison et le but des choses, surtout l'épreuve et la souffrance,  ainsi que sur leurs origines. Romains 15. 4 

L’origine du livre de Job : Un écrit très ancien, dont les événements se situent dans le pays d’Uts, l’Araméen. Genèse 10.23. Mais au même titre que tous les livres de la Bible, il est le produit de l'inspiration de Saint-Esprit

Job était un personnage éminent, un prince très riche,  qui jouissait d’une grande considération  parmi les peuplades de sa région. 1.3 et 29.7/25

Il habitait le pays d'Uts, situé à l'Est de l'Israël actuel, entre Damas et Edom, où des nomades Sabéens et Chaldéens pillards faisaient des incursions pour piller la contrée. Ils s’emparèrent de ses biens. Job.1.15/17

Il est dit de Job, qu'il était intègre et droit, qu'il craignait Dieu et se détournait du mal. Dieu lui-même lui rend ce témoignage et l'appelle "son serviteur" Job 1.8

  • Il était sacrificateur. 1.5

  • Il proclame que sa prospérité venait de Dieu. 29.2/6 (Ce dont Satan va se servir pour l’accuser faussement. 1.9/10)

  • Dieu lui rend le témoignage qu’il était un homme intègre, juste, exceptionnel. - 1.1,8

  • Il faisait partie de ces hommes dont Dieu tient compte. Ezéchiel 14.14,16,20

Le livre de Job répond à certaines de nos questions, concernant la souffrance et l’épreuve des justes.

Il met en cause plusieurs personnages :

  • Dieu, l’Éternel. Le Très-Haut, le Tout-Puissant, qui règne et domine sur toutes créatures, célestes, terrestres et infernales. 

  • Job, serviteur de Dieu, un homme intègre et droit.

  • Satan, l’adversaire…le méchant

  • Les fils de Dieu, toute l’armée des cieux, les créatures célestes, les anges, les esprits…

  • La femme de Job

  • Les trois amis de Job et Elihud " le prédicateur… "

Il révèle l’origine et les causes parfois obscures de la souffrance, l’instruction et la bénédiction que l’on peut en retirer.

  • Dieu a tout fait pour un but, même le méchant pour le jour du malheur. Prov.16.4

  • Au jour du malheur réfléchis. Ecc. 7.14

LE TEMPS DE LA SOUFFRANCE.

Nous avons peur de souffrir et nous pensons trop souvent, à tort, que Dieu épargnera toute souffrance à ceux qui le craignent et croient en lui.

Or la Bible et en particulier le récit de l'épreuve de Job, nous fait comprendre que la souffrance non seulement atteint les enfants de Dieu, mas encore qu'elle est nécessaire. Le malheur atteint souvent le juste…Psaume 34.20

Le temps de l'épreuve, c'est : 

  • un temps pour éprouver notre foi. Jacques 1.3 et 1 Pi.1.7 . L’épreuve du feu, où la foi est purifiée comme l'or.

  • Un temps où Satan nous crible comme du froment…Luc 22.31

  • Un temps d’incompréhension, pour nous-mêmes et pour les autres… Job 10.2 - 16.1/5

  • Un temps de combat spirituel où le désespoir peut nous atteindre. Job 3.11

  • Mais aussi un temps ou Dieu veille et ne permet pas que ses enfants soient éprouvés au-delà de leurs forces, ni qu'ils soient détruits par l'adversaire.

Le livre de Job nous révèle que l’homme le plus juste, le plus intègre, le plus fidèle, le plus croyant, a aussi ses moments de détresse, d’incompréhension et de doute, lorsque la souffrance se fait insistante et tellement douloureuse. Lorsque à l’épreuve physique se joint la douleur morale de l’incompréhension des autres, de ses proches et de ses amis, du silence de Dieu. Nous avons beaucoup à apprendre du témoignage de Job.

Le livre, nous apporte des enseignements précieux :

  • sur les limites de l’homme le plus fort

  • sur l’acharnement de l’adversaire

  • sur les limites du soutien des autres

  • sur la souveraineté et la sagesse de Dieu qui nous sont parfois, pour un temps impénétrables

  • sur la présence cachée du Seigneur et son  triomphe final partagé avec ceux qui l'aiment.

Les fils de Dieu. Job.1.5/7 et 2.2

Lectures : Genèse 6.2,4 (un de ces textes difficiles à comprendre) – Psaume 89.7 – Job38.7 – (Luc 3.38 Adam fils de Dieu) Il semble qu’il s’agit dans ces passages d’êtres issus directement d’un acte créateur de Dieu.

Nous lisons dans la Bible, plusieurs récits dans lesquels il est question de  rassemblements des créatures célestes, devant le trône de Dieu, comme une sorte de conseil général au cours duquel les uns et les autres rendent compte de leur activité ou sont convoqués pour un événement décidé par Dieu lui-même.  Ex. 2 Chroniques 18.18

" Et Satan vint aussi au milieu d’eux. " Job.1.6 et 2.1

La personnalité de Satan, ainsi que ses activités sont bien expliquées dans la Bible, et nous sommes étonnés à ces lectures. Certains nient l’existence du diable, d’autres lui donnent une importance excessive. Essayons de trouver la bonne mesure. L’équilibre c’est le milieu du chemin.

Il se présente donc devant Dieu. Nous le lisons ici dans l’affaire de Job et encore dans Zacharie 3.1. Nous pouvons aussi le supposer dans la lecture du texte de Luc 22.31

Qui est Satan ? (Voir l'étude : Le Diable selon les Écritures )

Au commencement de son existence, il a été créé  chérubin protecteur,  gardien de la gloire, intègre dans ses voies. Ez.28.12/19 La complainte dépasse le cadre d’un simple homme. Les versets 12 à 14 nous révèlent la gloire de ce chérubin protecteur aux ailes déployées, gardien de la gloire de Dieu (la shékina) Ex.25.18 – 1 Sam.4.4 – Apoc.4.8

Dans la Bible, les chérubins sont étroitement associés au trône de Dieu et à sa gloire. Ez. 10.2,4, 7, 14, 20.

L'Éternel l’avait placé sur la sainte montagne de Dieu, au milieu des pierres étincelantes. Ez. 28.14

La Bible nous donne très succinctement la raison de sa chute : " A cause de sa beauté, son cœur s’est élevé. " (Ez.28.27)  L’orgueil a rempli son cœur. Es.14.12/14 (voir Job 4.18 : " Dieu trouve de la folie chez ses anges. " !) L'apôtre Pierre parle des anges qui ont péché, qui n'ont pas gardé leur dignité. 2 Pierre 2.4 -  Jude 6

Après sa chute, le chérubin protecteur est devenu SATAN, le méchant, l’adversaire, celui qui par tous les moyens et de toute son énergie s’oppose à l’accomplissement des desseins de Dieu.

Nous le trouvons une première fois en Eden, où par sa ruse il va séduire Ève. 2 Cor.11.3

Il se déguise en ange de lumière. 1 Cor.11. 14

Il est souvent question de sa ruse ou de ses ruses, dans les Écritures, d’où l’un de ses noms : le serpent ancien, celui qui séduit toute la terre. Apoc.12.9 – 20.2 – C’est sous cette forme qu’il s’est présenté à Ève, en Eden. Gen.3.1

Les noms qui lui sont donnés dans la Bible, correspondent au différents traits de sa personnalité :

  • Un lion… qui rugit et dévore, dans sa colère et sa cruauté. 1 Pierre 5.8

  • Un dragon, à cause de son pouvoir destructeur. Apoc. 12.3,4,7,9

  • L’oppresseur qui frappe les nations sans relâche et tient le monde sous son emprise. Es. 14.4/6 et 1 Jean 5.19 5 (Luc 13.16 : " une femme que Satan tenant courbée depuis 18 ans. "

  • Le diable, le calomniateur, celui qui accuse les rachetés, nuit et jour devant Dieu. Apoc.12.10 et Zach. 3.1

  • Menteur et meurtrier. Jean 8.44/46 – Voleur qui ravit et disperse les brebis. Jean 10

  • Belzébul, le prince des démons. Luc 11.15

  • Un prince : le prince des démons. Matt.9.34 – le prince de la puissance de l’air. Eph.2.2 – le prince de ce monde. Jean 12.31 – 14.30 et 16.11

Job n’a rien attribué d’injuste à Dieu ! Job 1.22

Si nous voulons connaître qui est l’auteur des souffrances que le monde endure, référons-nous à ce qui est dit de Satan : le meurtrier, le menteur, le séducteur, l’oppresseur, le tyran, celui qui frappe les nations par des coups sans relâche. Esaïe 14.6

Nous aurions tort d’attribuer, injustement à Dieu, les malheurs qui frappent le monde. 1 Jean 5.19

Même si nous ne pouvons pas désigner avec précision l’origine de chaque souffrance, ne nous trompons pas quant à leur auteur.

Nous ne devons pas ignorer ni la personnalité de notre adversaire, ni ses desseins, afin de nous tenir en garde contre lui et de ne pas lui laisser l'avantage sur nous. 1 Cor 11.14 – Eph.4.27 – (1 Thes. 2.18 )

Dans les derniers temps, l’activité de Satan redouble et sa colère se déchaîne conte le monde et contre les saints. Apoc.1212 – 12.17 – 13.2 …

Les séductions, le péché, les guerres, les rebellions de toutes sortes, l’incrédulité, les divisions dans l'Église de Christ, les sectes, etc… sont autant de choses au sujet desquelles Satan n’est pas étranger.

La séduction ressemble à ce fleuve qui sort de la gueule du serpent…Apoc.12.15 – 2 Thes. 2.9 (voir l'étude : La Grande Séduction )

Cependant le diable arrivera à sa fin : Apoc.20.10 …(Es.14.4/12)

Ceux contre lesquels Satan agit.

  • Tous ceux qui appartiennent au Seigneur Jésus-Christ. 1 Pierre 5. 9

  • Ceux qui lui sont livrés.

  • Ceux qui lui donnent accès

  • Ceux qu’il réclame pour les cribler.

Quelques cas en particulier :

  • Job. Ch.1 et 2

  • L’apôtre Paul. 2 Cor.12.7 – 1 Thes. 2.18

  • Les disciples de Jésus Luc 22.31

  • La femme courbée dans la synagogue. Luc 13.16

Il y a des cas précis de gens qui, à cause de leur endurcissement, ont été livrés à Satan :

  • Israël 1 Chron.21.1

  • Le roi Saül. 1 Sam.6.14

  • Un chrétien scandaleux. 1 Cor.5.5

  • Hyménée et Alexandre 1 Tim.1.20

  • Voir peut-être aussi : Romains 1.24,26,28

Job, le juste, a été livré à la colère de Satan, dans le but de l’accomplissement des desseins de Dieu. Job 39.36/38 – 42.1/6. L’incompréhension nous saisit. Job 38.2 (Connaissons nos limites)

La souffrance de Job est à la fois : une souffrance physique, une souffrance morale et une souffrance spirituelle.

Il endure : la perte de tous ses biens, la mort de ses enfants, le mépris de sa femme, l’incompréhension et les accusations injustes de ses amis, sa propre incompréhension et le silence de Dieu.

Les trois personnages les plus importants du livre sont placés devant un défi :

  • Satan qui n’a plus rien à perdre

  • Job, défié dans sa confiance et sa fidélité à Dieu, dans sa foi .

  • Dieu mis au défi d'être juste, devant tout le rassemblement des fils de Dieu ! Satan une nouvelle fois essaie de saper l’autorité de Dieu sur ses créatures, pour les entraîner à la révolte, en essayant de montrer en Dieu de l’injustice.

La raison de l’épreuve de Job : POURQUOI ?

C’est la question primordiale que suscite l’épreuve en général et Job se l’est aussi posée. Ce qui ressort de ses paroles c’est l’incompréhension : pourquoi ?

Après avoir accepté au début son épreuve comme venant de Dieu, au même titre que les biens qu’il a reçu de Lui, (Chapitre 2. vt.10) il sombre dans le découragement, l’incompréhension, à la limite de la révolte.

D’abord nous découvrons vite que Job ignorait l’origine, la raison et l’auteur véritable de ses souffrances et c’est là ce qui va augmenter l’intensité de son épreuve.

POURQUOI ?

Nous essayons, nous aussi, de trouver une réponse satisfaisante à la raison de la souffrance, de la notre et de celle des autres, souvent sans résultat.

Tout simplement à cause de la limite de notre connaissance. Nous ne pouvons dépasser le stade de la connaissance naturelle, à moins de plonger dans les pensées intimes de Dieu lui-même.

Il est vrai qu'Il donne, selon son propre conseil, dans des limites fixées par lui et au temps qu’il convient, la révélation de certaines choses. Mais combien d’autres restent cachées à notre compréhension, jusqu’au jour de la révélation de toutes choses. Lorsque ce qui est parfait sera venu, nous connaîtrons alors comme nous avons été connus. 1 Cor 13.10 à 12 – Nous ferions bien d’être un peu moins prétentieux dans ce que nous connaissons ou dans ce que nous croyons connaître. 1 Cor.8.1/3

Lorsque nous analysons les paroles des différents discours du livre de Job, nous nous rendons compte que la souffrance de Job est le résultat d’un défi.

Premièrement, lorsque Satan se présente devant Dieu, ce n’est jamais innocemment. Son but c’est ACCUSER, de préférence ceux qui veulent être fidèles : Zacharie 3.1 et Apoc. 12.12.10 : l’accusateur de nos frères, qui les accuse devant notre Dieu jour et nuit !

Ensuite, nous pouvons être certains que lorsque notre adversaire le diable, se promène sur la terre, ce n’est jamais sans mauvaises intentions…Il cherche à dévorer. 1 Pierre 5.8. C'est le loup qui détruit, ravit, disperse. Jean 10.12 :

Dans la circonstance présente, il pourrait nous sembler, que c’est Dieu qui lance un défi à Satan : " As-tu remarqué mon serviteur Job… "

En réalité, Dieu connaît les intentions du malin et la raison de sa présence devant Lui. De la même manière que Jésus discernait les intentions de ses ennemis : Matthieu 9.4. Dieu sait que Satan est venu pour accuser Job, car il cherchait à le détruire…

Pourquoi Dieu a-t-il livré son serviteur juste, à Satan … ?

Ici nous entrons dans les desseins mystérieux de Dieu (Job. 42.3), ses voies incompréhensibles. Romains 11.33/36

Les Écritures nous apprennent que Dieu fait participer à ses œuvres, ceux qui croient en lui et qui le servent.

Or nous voyons aussi qu’en le faisant, nous participons également à un combat contre les ennemis de Dieu, ceux qui s’opposent à l'accomplissement de ses plans et donc ce fait nous entrons  dans le processus de la souffrance : Christ a souffert et nous sommes appelés à participer à ses souffrances pour l’accomplissement du royaume de Dieu. 1 Pierre 3.18 et 4.1

La souffrance est un élément indispensable au perfectionnement des saints. Jacques 1.4. Christ a appris l’obéissance par les choses qu’il a souffertes ! Héb. 5.8 .

Ceux qui prêchent que les chrétiens ne doivent jamais souffrir, jamais être malades, jamais appauvris, etc…feraient bien d'apprendre et de comprendre l'Évangile de la souffrance !

Jacques 5:10/11 Prenez, mes frères, pour modèles de souffrance et de patience les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur. Voici, nous disons bienheureux ceux qui ont souffert patiemment. Vous avez entendu parler de la patience de Job, et vous avez vu la fin que le Seigneur lui accorda, car le Seigneur est plein de miséricorde et de compassion.

Le diable est toujours le premier à occasionner des souffrances au peuple de Dieu.1 Pi.5.9

Pour finir, n’oublions pas que nous vivons dans le monde dont nous faisons partie intégrante. Le monde qui depuis la chute d’Adam et d’Ève est plongé dans le péché et ses conséquences…Romains 5.12/14 : " La mort s’est étendue à tous les hommes… " - de même, la grâce s’étend à tous les hommes…

Tous les humains sont associés dans une espèce de solidarité générale : le péché, la souffrance, la mort…

Mais tous aussi sont appelés à bénéficier de la grâce de Dieu, manifestée et accordée par la foi en Jésus le Sauveur.

Le monde entier est sous l’empire du diable, mais le monde entier est au bénéfice de l’amour de Dieu …si seulement nous voulons croire. Jean 3.16

La souffrance injuste.

Nous ne sommes pas accoutumés à l’idée de souffrir injustement. La souffrance injuste nous révolte et nous est incompréhensible. Et pourtant :

  • Christ à souffert injustement. 1 Pierre 3.18

  • Nous pouvons aussi souffrir injustement et c’est même une grâce, un privilège ! 1 Pierre 2.19/ 22

  • Il y a sur la terre de nombreuses souffrances injustes, qui ne recevront leur justice qu’à la fin.Matt.16.27 – 1 Cor.5.10 –

  • Il y a un temps pour le jugement et nous ne serions pas les premiers à réclamer la manifestation de la justice de Dieu. Apoc. 6.10 –

C’est en cela que le livre de Job nous révèle qu’à la fin Dieu paraît. Job 38.1 – 40.1- 42.10 C’est aussi pour cela que nous sommes exhortés à la patience…

La patience de Job ! (Jacques 5.10/11) et notre patience …sont faites d’interrogations, d’attente confiante et de découragements, de réflexions et d’incompréhensions, lorsque la présence de Dieu se fait silence !

Et pourtant nous savons qu’Il est là, le Vivant, et que c’est Lui qui aura le dernier mot. Comme Job nous pouvons proclamer : "Je sais que mon rédempteur est vivant, Et qu’il se lèvera le dernier sur la terre." Job 19:25

Mais en attendant que de luttes, de cris, de lassitudes …Jusqu’à ce que…

C’est de tout cela qu’est faite la patience de Job…et la notre !

En toutes choses, il faut considérer la fin ! La fin que Dieu accorde à son serviteur … Job 42 " Vous avez vu la fin que le Seigneur lui accorda, car le Seigneur est plein de miséricorde et de compassion." Jacques 5.11

Les amis de Job …et nos amis !

Au départ, pleins de bonne volonté, mais vite dépassés par les événements, ces amis qui s'interrogent, deviennent rapidement des juges.

Nos amis ne sont que des hommes et peut-être des hommes qui n’ont pas connu trop de souffrances.

Que les paroles vraies sont persuasives! dit Job 6:25 …Mais combien l’insinuation est douloureuse…

Les amis sont devenus des médecins de néant(Job 13.14), des consolateurs fâcheux (Job 16.2), des discoureurs remplis de leur propre justice.

L’ami véritable, c’est celui qui aime en tout temps et qui dans le malheur se montre un frère. Prov.17.17

L’ami véritable, c’est celui qui ne se détourne pas de son frère, même si ce dernier abandonnait la crainte de l’Éternel. Job.6.14

Il y a quelqu’un qui ne se détournera pas de nous, celui qui nous dit " Vous êtes mes amis ! " Jean 15.

LA FEMME DE JOB

Il ne nous est pas dit grand chose à son sujet, sinon qu’elle a poussé son mari à maudire Dieu.

Les femmes tiennent un rôle important dans la Bible, tantôt en bien, tantôt en mal.

Certaines ont été des modèles de fidélité, de courage, d’humilité et de consécration : telles Marie, la fiancée de Joseph et la mère de Jésus, Élisabeth, la mère de Jean-Baptiste, les femmes qui suivaient Jésus et l’assistaient de leurs biens, Marie et Marthe, les sœurs de Lazare, des femmes dont Jésus a fait l’éloge de leur foi : celle qui était atteinte d’une perte de sang, la syro-phénicienne, la femme pécheresse offrant son parfum. Les femmes que Jésus a guéries.

Nous pourrions aussi parler des femmes qui ont servi l’Église : Priscille, la femme d’Aquilas, Phoebé, la diaconesse de Cenchrées, Dorcas, Evodie et Syntiche, Lydie la marchande de pourpre qui mit sa maison à la disposition des apôtres et beaucoup d’autres …

L’Ancien Testament, nous présente Sara, Rébecca, Anne la mère de Samuel, Ruth, la moabite, Rahab, la prostituée de Jéricho qui a cru, Débora juge d'Israël et prophétesse, Hulda la prophétesse, etc…

Mais il y eut aussi Ève, cédant à la tentation, la femme de Lot, Mical la femme de David, Jézabel la reine impie qui poussait son mari au mal, Athalie la reine mère cruelle, …Et aussi l’autre Jézabel la fausse prophétesse de l’église de Thyatire…Apoc.3

Dans le cadre de cette réflexion, j'aimerais vous parler de deux femmes qui ont connu le même sentiment que la femme de Job et qui ont réagi différemment : Mical la femme de David et Anne la mère de Samuel.

La femme de Job, Mical et Anne, ont éprouvé un sentiment commun : l’amertume

Il est clair, que la réaction de la femme de Job est produite par l’amertume, une femme irritée, déçue, d’être soudain plongée dans une situation à laquelle elle n’était pas préparée.

La nature profonde de l’être humain se révèle à la faveur de certaines circonstances, favorables ou non.

Il y a des gens qui savent être reconnaissants des bontés de Dieu, d’autres qui ne sont jamais satisfaits. Il y a des personnes que l’épreuve rapproche de Dieu, d’autres au contraire qui s’en éloignent et se révoltent dans l’affliction.

La femme de Job ne supporte pas l’épreuve : Maudit Dieu, même s’il te faut en mourir ! dit-elle à son mari.

Job lui a répondu qu’elle s’exprime comme une insensée. Job 2.9/10 – Il se plaint de ce qu’elle ne comprend pas sa souffrance. Job.19.17

Mical, la femme blessée qui n’a pas pu pardonner.

Mical, c’est le nom de la femme que l’on retient comme celle qui a méprisé son mari, David qui dansait devant l’arche d’alliance. A cause de son mépris elle fut frappée de stérilité.

Cependant, il est important de connaître l’origine du mauvais sentiment de Mical.

Plusieurs circonstances se sont produites, qu’elle n’a pas pu surmonter durablement. Il est parfois difficile d’oublier l’humiliation et Mical a été une femme humiliée à plusieurs reprises.

Un amour contrarié.

Mical aimait David, et si l’on comprend bien la lecture de 1 Samuel 18.17, elle ne lui fût donnée qu’après un autre choix qui n’a pas abouti…et en plus par un calcul machiavélique et criminel de son père, le roi Saül dont elle était la fille cadette. 1Samuel 14.49.

Ce fut sa première désillusion de jeune fille. Sa première blessure.

Mais la suite nous la montre comblée par l’amour. 1 Samuel 18.21 - Mical aimait David. 1 Samuel 18.28. C’était son héros. Elle le protégeait. 19.11. Nous pourrions dire comme dans les beaux romans : "ils furent heureux et eurent beaucoup d'enfants". Mais la vie n'est pas un roman, ni un long fleuve tranquille. La vie est faite de circonstances imprévisibles, bonnes ou mauvaises, souvent incontrôlables.

Un couple brisé. 1 Samuel 25.43

  • deuxième blessure : Mical est une femme abandonnée et remplacée… 1 Sam.25.43

  • troisième blessure : Mical, la femme qui aimait son mari, est donnée à un autre, en raison d'une vile manœuvre politicienne. 1 Sam.25.44

  • quatrième blessure : Mical devient une femme objet du caprice, de l’ambition et du calcul des hommes. 2 Sam.3.12/16. (au mépris de la loi de Dieu. Deut.24.4)

Pouvons nous comprendre pourquoi certaines personnes sont devenues amères et agressives…Que de blessures infligées et jamais pensées ni guéries !

Le cœur blessé est un terrain dans lequel l’amertume prend racine et pousse des rejetons. Héb.12.15

Puis l’amertume a produit le mépris dans le cœur et le dégoût ! 2 Samuel 6.16/20

Déception< blessure< amertume< mépris, c’est le processus naturel qui conduit à la stérilité spirituelle un cœur qui n’a pas pu pardonner. Des eaux amères qui apporte la malédiction. Nombres 3.18

Le pardon, le vrai, n’est jamais facile, lorsque la blessure est profonde, humiliante et parfois répétée.

Anne, la femme apaisée. 1 Samuel 1 et 2 "L’amertume dans l’âme, elle pria l’Éternel."

Anne aussi a été une femme humiliée qui a connu l'amertume. 1 Sam.1.6/7

Nous remarquons deux choses dans sa vie : 1.5

  • son mari l’aimait

  • et l’Éternel poursuivait un dessein avec elle : donner un prophète à Israël.

Le salut de Anne, réside dans son état d'esprit : elle n’a pas laissé les blessures s’infecter.

  • Elle est venue se confier au Seigneur, répandre sa plainte devant lui, lui dire sa souffrance, vider son cœur de son amertume, dans la présence du Seigneur. 1 Sam. 1.10,15,16

  • Elle a prié un bon moment, dans son cœur, en tête à tête avec le Seigneur, appuyée contre le poteau. 1 Sam.1.12

  • Elle a reçu la consolation de l’Éternel, en croyant à la parole du sacrificateur Eli : " Son visage ne fut plus le même ". 1.18

  • Sa prière a été exaucée…au-delà de ses espérances ! 1.20 – 2.21

  • Elle a tenu parole. 1.22 – 2.11

Anne est devenue un modèle, pour tous ceux et celles qui connaissent l’amertume et l’humiliation…

Répandre son cœur devant l’Éternel et s’attendre à Lui, c'est le chemin qui fait retrouver la paix dans la présence de Celui qui guérit ceux dont le cœur est affligé et brisé.

Non seulement nos anciens péchés sont pardonnés et oubliés par le Seigneur…Mais aussi toutes les rancœurs, les mauvais souvenirs, les mauvais traitements et les souffrances injustes…

Il faut apprendre à  venir auprès du Seigneur, apprendre à pardonner et à oublier la douleur des choses passées.

Nous pouvons garder les cicatrices de nos anciennes blessures, mais elles ne doivent plus nous faire souffrir. Les choses anciennes sont passées : 2 Cor.18/21

2ème partie : Le livre de Job

 

Haut de page

Lire aussi :