Entrée pasteurweb • Introduction • Présentation du site • Sommaire des articles • Dossiers complets • Témoignage

| Page d'accueil |
| Remonter|
Esprit, âme et corps
L'âme
Notre corps 1
Notre corps 2
Notre corps 3
La nudité
L'intelligence
Notre conscience
La nature humaine
Opposés entre eux
Le coeur humain
Nos tendances
La dépendance
Chrétien et sexualité
La masturbation
Adultère et impudicité
La sexualité pervertie
Clic mortel
Esprits impurs
L'homosexualité
Le genre
Identité et confusion
Le mal du siècle
Le péché
L'esprit du monde
Le temps de vivre
Le temps de mourir
Un culte raisonnable

Notre corps

Le but de cette étude n'est pas l'analyse scientifique du corps humain, mais de le situer par rapport à notre état d'enfants de Dieu, examiner ce que la Bible enseigne concernant sa place dans ce qui est naturel et spirituel. Nous vivons dans un environnement, social, culturel et religieux, tellement "pollué" quant à  l'importance que le monde donne au corps et la façon dont on l'utilise,  qu'il est important de revenir aux instructions qui précisent  la pensée de Dieu à son sujet.

Pour faciliter la lecture et la compréhension de cette étude, je vous la présente en trois parties que vous retrouverez au fur et à mesure de leur parution dans le sommaire "L'être humain" de pasteurweb.

Première chapitre

Introduction

Notre corps est la partie visible de notre être. Au moyen de nos sens : la vue, l'ouïe, le toucher, l'odorat, le goût, il nous permet d'exprimer notre personnalité, de percevoir et de recevoir ce qui vient de l'extérieur, de communiquer avec le monde dans lequel nous vivons.

La Bible parle beaucoup du corps humain et nous donne de précieux conseils, ainsi que des avertissements. Certes, les choses ont beaucoup changé depuis le temps des patriarches bibliques et des époques que la Bible couvre. Cependant les enseignements et les instructions que nous y trouvons sont toujours d'actualité, car ils concernent surtout une façon de vivre raisonnable et saine.

Les Saintes Ecritures  nous enseignent à placer notre corps dans le contexte de la pensée de Dieu pour les êtres humains, elles nous apprennent sa vraie valeur, non pas pour l'aduler et en faire l'objet d'un culte,  mais pour le traiter comme un bon serviteur qui nous permet de vivre ici-bas d'une manière équilibrée et juste.

Notre corps est voulu et créé par Dieu, même si nous ne sommes pas, comme Adam et Eve, directement formés par un acte créateur divin. Nous sommes le produit des lois naturelles de  la procréation établies par le Créateur, à tel point que nous pouvons faire nôtres les paroles du Psalmiste.

C’est toi qui as formé mes reins, Qui m’as tissé dans le sein de ma mère.

Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse. Tes œuvres sont admirables, Et mon âme le reconnaît bien.
Mon corps n’était point caché devant toi, Lorsque j’ai été fait dans un lieu secret, Tissé dans les profondeurs de la terre.
Quand je n’étais qu’une masse informe, tes yeux me voyaient; Et sur ton livre étaient tous inscrits Les jours qui m’étaient destinés, Avant qu’aucun d’eux existât.

L'être humain est bien spécifique dans le dessein créateur de Dieu. Parmi les êtres vivants, nous ne sommes ni des esprits, ni des animaux. En créant l'homme Dieu a précisé son importance et sa place dans la création :

Puis Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. Genèse 1:26 ¶

Dieu a fait de l'être humain son associé pour le gouvernement de la terre. Il est écrit qu'Il a confié la terre aux hommes.

Les cieux sont les cieux de l’Eternel, Mais il a donné la terre aux fils de l’homme. Psaumes 115:16

Le dessein divin, en créant le genre humain, était de placer les hommes et les femmes dans un cadre créé exclusivement pour eux, afin qu'ils gèrent et développent ce monde  dans une bonne relation avec le Créateur et par extension avec toute les créatures terrestres. Genèse 1:26à31

C'était la condition essentielle au bon déroulement de ses projets. Nous savons ce qu'il en est advenu, malheureusement.

... le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché. Romains 5:12

Depuis ce temps toute la création souffre des conséquences du péché, non seulement de celui d'Adam et Eve, mais de toutes les générations. Romains 8:22

Lorsque nous examinons attentivement les enseignements de la Bible concernant l'histoire de l'être humain depuis sa création et son séjour dans le jardin d'Eden, puis la désobéissance d'Adam et Eve et les conséquences qui en ont découlé et enfin le comportement des générations d'hommes et de femmes qui se sont succédées sur la terre jusqu'à nos jours, l'attitude des hommes envers Dieu et entre eux, nous comprenons mieux le pourquoi de la souffrance dans le monde.

Beaucoup d'événements douloureux peuvent avoir une explication assez rationnelle. Que ce soit les catastrophes naturelles qui frappent la terre, ou les guerres qui déciment les peuples, entrainant la famine et la misère de millions de personnes, l'égoïsme des riches, la recherche prioritaire du profit des grosses sociétés, l'exploitation de l'homme par l'homme,  la corruption des mœurs, la méchanceté, la cruauté, les accidents dus à des erreurs, des maladresses ou des fautes caractérisées, les maladies contagieuses, les infirmités accidentelles ou congénitales, et aujourd'hui plus que jamais la pollution atmosphérique entraînant le réchauffement climatique, les radiations  des ondes  des installations industrielles et des nombreux appareils  électroniques à commencer peut-être par nos téléphones portables, etc. L'accumulation de toutes ces choses fait  que du plus petit au plus grand, par une sorte de "solidarité" humaine, tous sont plus ou moins atteints.

C'est trop facile d'accuser Dieu, même si nous n'avons pas la réponse devant des situations incompréhensibles et douloureuses.

Il est important et utile d'étudier l'origine et l'histoire du corps humain pour mieux saisir certaines choses concernant notre vie présente et aussi et surtout notre avenir éternel.

Le corps humain selon la Bible

La Bible nous fait connaitre et comprendre le pourquoi et le comment de la création  de l'être humain, homme et femme. Si nous nous en tenons à ce que Dieu nous dit de nous-mêmes et du monde dans lequel Il nous a placés,  nous ne serons pas troublés par toutes les conceptions fantaisistes des théories évolutionnistes d'une science fourvoyée par l'incrédulité et le péché, ni par la mentalité et les comportements d'un monde dominé par les passions et les convoitises charnelles.

 En relisant les premiers chapitres de la Genèse, j'ai d'abord retenu cette expression lapidaire :

Voici les origines des cieux et de la terre, quand ils furent créés.  Genèse 2:4 ¶

C'est un bon début pour la foi, telle que la conçoit l'auteur de l'épitre aux Hébreux :

C’est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles. Hébreux 11:3

Ensuite j'ai été amené à réfléchir particulièrement à ce passage qui situe très simplement les origines de l'être humain. :

Le Seigneur Dieu prit de la poussière du sol et en façonna un être humain.  Puis il lui insuffla dans les narines le souffle de vie, et cet être humain devint vivant. Genèse 2:7

La création ou la formation du corps humain peut susciter quelques questions, mais telle que la Bible nous la présente, si nous l'acceptons, elle nous laisse admiratifs. Il y a d'ailleurs deux actions divines particulières dans la naissance  ou plutôt la formation du corps  de deux hommes :

Adam le premier homme,  père de la race humaine, formé de la terre par l'Eternel Dieu, et devenu un être mortel à cause de sa désobéissance.

Jésus de Nazareth, le Christ, formé par le Saint-Esprit dans le sein de Marie, la vierge d'Israël. Par  obéissance à son Père, jusqu'à sa mort sur la croix et par sa résurrection glorieuse, il est devenu la tête d'une  lignée spirituelle d'hommes et de femmes, à qui il donne la vie éternelle et le pouvoir de devenir enfants de Dieu.

Dans les deux cas Dieu s'est servi d'une matière existante : de la terre pour Adam,  du corps de Marie pour Jésus.

Dans les deux cas l'Esprit (le souffle) de Dieu a été à l'œuvre.

Pour Adam, l’Eternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un être vivant. Genèse 2:7

Pour Jésus,  l’ange dit à Marie : Le Saint–Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très–Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu. Luc 1:35

Mais revenons à Adam, notre père biologique : Dieu a pris de la poussière du sol et a façonné un être humain.

Il y a dans cette parole une affirmation très forte : c'est un acte particulier dans le processus  de la création.

D'abord le Seigneur a formé un corps, puis il a soufflé dans les narines de ce corps de glèbe le souffle de son Esprit qui a produit la vie, le mouvement, l'intelligence,  les sentiments, les émotions, etc. L'homme est devenu un être vivant formé d'un esprit, d'une âme et d'un corps.

Ensuite, Dieu a créé une femme pour Adam.

l'Eternel  Dieu fit tomber un profond sommeil sur l’homme, qui s’endormit ; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place.
L’Eternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’amena vers l’homme.

Voici comment le premier homme et la première femme ont été créés. Voici les origines de la race humaine. C'est ce que Dieu a révélé dans les premiers chapitres de sa Parole inspirée. C'est aussi ce que Jésus confirme en citant les Ecritures :

Il répondit : N’avez–vous pas lu que le Créateur, au commencement, fit l’homme et la femme. Matthieu 19:4

Nous pouvons essayer d'imaginer la beauté et la perfection de ce premier couple d'un homme et d'une femme sur la terre.

Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme. Genèse 1:27

Tout était alors parfait.

Dieu vit tout ce qu’il avait fait et voici, cela était très bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le sixième jour.
Ainsi furent achevés les cieux et la terre, et toute leur armée. Genèse 1:31 -2:1

Mais le péché est entré dans le monde et par le péché la mort, la souffrance, la maladie, la violence et la méchanceté !

Cependant, bien longtemps après, alors que le corps des humains a subi les conséquences du péché, le psalmiste proclamait la sagesse et la gloire de Dieu en considérant l'œuvre du Créateur dans sa propre existence.

Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse. Tes œuvres sont admirables, Et mon âme le reconnaît bien. Psaumes 139:14

Il nous faut aussi apprendre à rendre grâces à Dieu pour notre corps, en considérant la sagesse et l'intelligence de Celui qui a tout fait à la perfection. Ce corps qui malgré les effets du péché demeure une merveilleuse machine.

Gardons nous des excès légalistes qui enseignent le mépris du corps, comme l'écrit l'apôtre Paul au sujet de certaines personnes qui prêchent la mortification du corps et un ascétisme  inutile .

Ce sont des préceptes qui tous deviennent pernicieux par l’abus, et qui ne sont fondés que sur les ordonnances et les doctrines des hommes ?Ils ont, à la vérité, une apparence de sagesse, en ce qu'ils indiquent un culte volontaire, de l'humilité, et le mépris du corps, mais ils sont sans aucun mérite et contribuent à la satisfaction de la chair. Colossiens 2:22/ 23

Nous devons prendre soin de notre corps, comme il convient, pour tout ce qui concerne ses besoins de nourriture, de vêtement, de logement, d'hygiène, de repos, toutes choses que le Seigneur et aussi la sagesse humaine et le bon sens, nous enseignent.

"Car jamais personne n’a haï sa propre chair; mais il la nourrit et en prend soin." Éphésiens 5:28/29 

Nous remarquons aujourd'hui deux comportements  extrêmes :

- le mépris du corps, au nom d'une certaine piété puritaine et légaliste. Colossiens 2:16-23

- le culte du corps, selon les canons de la beauté institués par un monde sans Dieu.

Le Seigneur Jésus-Christ nous enseigne qu'il y a plus que la vie physique, avec ses besoins naturels. Il nous apprend ainsi à avoir de notre corps une préoccupation toute  relative, insistant sur la priorité spirituelle du royaume de Dieu :

Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent ; mais amassez–vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent.
Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur.
L’œil est la lampe du corps. Si ton œil est en bon état, tout ton corps sera éclairé ; mais si ton œil est en mauvais état, tout ton corps sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes ces ténèbres !
Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un, et aimera l’autre ; ou il s’attachera à l’un, et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon.
C’est pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus. La vie n’est–elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement ?
Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n’amassent rien dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez–vous pas beaucoup plus qu’eux ?
Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie ?
Et pourquoi vous inquiéter au sujet du vêtement ? Considérez comment croissent les lis des champs : ils ne travaillent ni ne filent ; cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n’a pas été vêtu comme l’un d’eux.
Si Dieu revêt ainsi l’herbe des champs, qui existe aujourd’hui et qui demain sera jetée au four, ne vous vêtira–t–il pas à plus forte raison, gens de peu de foi ?
Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas : Que mangerons–nous ? que boirons–nous ? de quoi serons–nous vêtus ?
Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin.

Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par–dessus. Matthieu 6:19à33

Notre demeure terrestre

Notre corps est la demeure de notre âme et de notre esprit, le temple dans lequel nous vivons sur la terre. Jésus parlait de son corps comme d'un temple : 

Jésus a dit aux juifs qui l'interrogeaient : Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai.
Les Juifs dirent: Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce temple, et toi, en trois jours tu le relèveras!
Mais il parlait du temple de son corps. Jean 2:19/21 

Il est considéré dans les Écritures comme  une demeure terrestre provisoire et l'apôtre Paul en parle comme une tente qui se détruit pour laisser la place à une demeure éternelle.

Nous savons, en effet, que, si cette tente où nous habitons sur la terre est détruite, nous avons dans le ciel un édifice qui est l’ouvrage de Dieu, une demeure éternelle qui n’a pas été faite de main d’homme.
Aussi nous gémissons dans cette tente, désirant revêtir notre domicile céleste, si du moins nous sommes trouvés vêtus et non pas nus. 2 Cor. 5:1/3

Les croyants de l'Ancienne Alliance, cités en exemple, considéraient qu’ils étaient étrangers et voyageurs sur la terre et ils vivaient ici bas dans l'attente d'une cité céleste et éternelle.

C’est dans la foi qu’ils sont tous morts, sans avoir obtenu les choses promises ; mais ils les ont vues et saluées de loin, reconnaissant qu’ils étaient étrangers et voyageurs sur la terre.
Ceux qui parlent ainsi montrent qu’ils cherchent une patrie.
S’ils avaient eu en vue celle d’où ils étaient sortis, ils auraient eu le temps d’y retourner.
Mais maintenant ils en désirent une meilleure, c’est–à–dire une céleste. C’est pourquoi Dieu n’a pas honte d’être appelé leur Dieu, car il leur a préparé une cité. Hébreux 11:13-16

L'apôtre Pierre reprend cette expression en nous exhortant à la sanctification, lorsqu'il écrit :

Bien–aimés, je vous exhorte, comme étrangers et voyageurs sur la terre, à vous abstenir des convoitises charnelles qui font la guerre à l’âme. 1 Pierre 2:11

Nous devons être conscients que nous sommes  des "nomades" sur la terre, vivant dans une tente fragile et provisoire, afin de mieux réaliser que notre demeure définitive est au ciel avec le Seigneur. 

"Mais notre cité à nous est dans les cieux, d’où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ." Philippiens 3:20 

Quelles sont nos références ?

Déjà, la sagesse humaine et le bon sens  nous enseignent que nous ne pouvons pas faire n'importe quoi de notre corps si nous voulons le garder en bonne santé. Nous voyons tous les jours les conséquences des excès auxquels se livrent les inconvertis et parfois même des croyants.

Lorsque nous sommes enfants de Dieu, les Saintes Ecritures deviennent le guide dans lequel nous trouvons les instructions qui nous permettront de mettre en pratique cette maxime du monde : "Une âme saine dans un corps sain". Ce que l'apôtre Jean écrit en d'autres termes :

Bien–aimé, je souhaite que tu prospères à tous égards et sois en bonne santé, comme prospère l’état de ton âme. 3 Jean 1:2

Aujourd'hui, comme dans certaines civilisations anciennes, on fait du corps l'objet d'un culte, tellement il est adulé, exalté.  La recherche effrénée de la beauté du corps et de l'assouvissement de tous ses désirs, conduit à toutes sortes d'excès et génère des dépenses énormes.

Nous confondons souvent les besoins légitimes du corps : la nourriture, le vêtement, le bien-être, avec les désirs excessifs de l'orgueil, du paraître, la convoitise des yeux, la convoitise de la chair, l'orgueil de la vie, les plaisirs du monde. Les désirs et les convoitises de la chair sont tyranniques et les passions qui combattent dans nos membres nous asservissent. Tous ces dérèglements sont souvent la cause de nombreuses maladies, d'infirmités et de mort, ainsi que la dégénération morale des individus,  l'éclatement des familles et  la destruction du tissu social. L'Ecriture dit :

Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi.
Celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption. Galates 6:7

La Bible parle de "la loi du péché", une loi dure et tyrannique qui rend esclave des exigences du corps. On appelle cela "la dépendance", "l'addiction".

... je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres. Romains 7:23

Les passions des péchés agissent dans nos membres. Elles produisent toutes sortes de dérèglements, de comportements incontrôlables,  des querelles, des jalousies, des meurtres. Jacques 4:1

A cause de cette domination du péché, le corps est lié par l'impureté, l'impudicité, les mauvais désirs, la force des convoitises, etc.

Jésus parle de l'esclavage que produit le péché dans la vie de ceux qui s'y livrent :

En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché. Jean 8:34

Mais le Seigneur promet aussi de libérer de l'emprise du péché ceux qui se confient en lui et le suivent.

Et il dit aux Juifs qui avaient cru en lui : Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira.

Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres. Jean 8:31,32,36

Suite :  Notre corps, un serviteur

Haut de page