Présentation • Etudes/Réflexions • Femmes de la Bible • Société • Vie chrétienne • Témoignages

 

Accueil
Remonter
La femme dans l'Eglise
Femme dans l'Eglise (1)
Femme dans l'Eglise (2)
Femme pasteur
Complémentarité
Fondements d'un foyer chrétien
Mère chrétienne
Maris non-croyants
Remplies de toute joie
Prendre son envol
Parce que Dieu m'aime
Le coeur tourné vers Dieu
Porter du fruit
Refléter la gloire de Dieu
Le dessein de Dieu
Accomplir son plan
Servir avec crainte
L'Eternel est mon Berger
Dans la vallée de l'ombre
Il me rassure
Nos paroles
Notre pélérinage
La ligne directe
Défi pour aujourd'hui

Quand je marche dans la vallée.

Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort je ne crains aucun mal, car tu es avec moi. Psaume 23 .4

C'est vrai! Des millions et des millions de ceux qui nous ont devancés en ont fait l'expérience personnelle.

Au moment de passer par « la vallée de l'ombre de la mort » ils ont reçu la grâce d'être libres de toute crainte, car Jésus, leur Sauveur personnel, était là.

Nous qui avons reçu la grâce, que ce témoignage sacré nous apaise si nous en avons besoin!

Quand l'heure sera venue, brebis du Seigneur, tu ne craindras aucun mal! Alléluia!

Cependant, pour nous qui Lui appartenons, ce texte si vrai ne concerne pas seulement notre paix assurée au temps du passage de la vie terrestre à la pleine vie spirituelle. Il veut aussi nous rappeler que cette paix est le privilège de toutes les brebis du Seigneur quand le chemin de la vie ordinaire devient particulièrement difficile.

Il est vrai que lorsque nous suivons  Jésus dans les voies justes, il y a parfois des moments plus difficiles que d'autres, des occasions d'inquiétude.

C'est que veulent dire aussi  ces paroles de Jésus :

Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent. Matthieu 7. 14

Vous aurez des tribulations dans le monde, mais prenez courage, j'ai vaincu le monde .Jean 16 33

Soyons fidèles même dans l'épreuve

Nous pouvons nous souvenir des meilleurs chrétiens. Parmi ceux-ci, je pense à l'apôtre Paul, par exemple.

N'était-il pas fidèle ? N 'avait-il pas vu le Seigneur ? Ne donnait-il pas toute sa vie, au nom du Christ, au service de l'Evangile ?

Pourtant il a été maltraité, il a été en péril sur les fleuves, en péril en mer, en péril de la part des brigands, en péril de la part de ceux de sa nation, en péril de la part des païens, en péril dans les villes, en péril dans les déserts, Il était perpétuellement en route, et aussi en danger, parmi les faux frères. 2 Corinthiens 11 .24 à 26.

Et, nous pouvons ajouter : que de travaux! Que de peines! Que de veilles! La faim, la soif, le froid, le dépouillement, la maladie, le souci des églises ...

Toutefois l'apôtre Paul ne se lamente pas, au contraire, il écrit :

Car  nos légères afflictions du moment présent produisent pour nous, au delà de toute mesure, un poids éternel de gloire, parce que nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles. 2 Corinthiens 4.17

Quel homme éprouvé! Mais quel homme courageux!

N'avons -nous pas sur «les sentiers justes» des vallées profondes et difficiles à traverser ?

Nous qui nous sommes données au Seigneur, dans le cours des années passées, à côté de belles et bonnes choses, nous sommes aussi passée, peut-être pour certaines, par un deuil, par la maladie inexplicable, par des épreuves matérielles, les déceptions familiales et bien d'autres encore.

Et cela n'a pas été facile, parfois.

Cependant, si nous nous connaissons bien, c'est surtout quand nous avons douté de la bonté et de la grâce de Dieu, que nous avons eu en quelque sorte, à traverser nous aussi  "La vallée de l'ombre de la mort"

Douter de la bonté de Dieu, c'est l'expérience fondamentale la plus pénible qui soit!

Sur les sentiers justes, il y a aussi de profondes et obscures vallées.

Mais oui, bien sur! Et seuls des fanatiques, des anormaux spirituels pourraient déclarer que cela est anormal.

Malgré notre fidélité, ou plus précisément à cause de celle-ci, lorsque nous nous trouvons dans un tunnel, laissons dire ceux dont la langue est trop longue!

N'écoutons pas non plus la voix insinueuse de leur inspirateur, le Prince des ténèbres, car c'est lui qui agite les langues débridées, la parole de Dieu l'affirme.

La langue est aussi un feu; c'est le monde de l'iniquité ?

La langue est placée parmi nos membres, souillant tout le corps, et enflammant le cours de la vie, étant elle- même enflammée par la géhenne. Jacques 3. 6

Sur une terre comme la nôtre, on ne saurait vivre un vie spirituelle fidèle sans certaines "bonnes" craintes et même de frousse.

Un enfant n'aura pas appris grand 'chose s'il ne craint pas, par exemple, de jeter une allumette enflammée dans la corbeille à papiers...

Un chirurgien renommé, cependant, s'il ne craint pas l'infection et ne stérilise pas ses instruments, je pense que les résultats ne seront pas très satisfaisants.

Et, pourtant il y a des adultes qui le font. Ils enflamment sans crainte ce qui est inflammable, puis ils se plaignent de ce qu'ils perdent dans l'incendie!...

Il est certain qu'un chrétien complet ne réussira jamais à accomplir sa vocation s'il ne craint pas l'efficacité destructrice du péché.

Les bornes morales ou spirituelles ne peuvent ruiner notre liberté. Elles sont plutôt des signes de sagesse et d'amour qu'il faut craindre de franchir...

Nous le comprenons peut-être mieux, maintenant : ce qui est assuré aux fidèles, c'est la délivrance, non pas tellement de "toute crainte", mais plus exactement de toute anxiété, de toute angoisse paralysante, tandis que quelque vallée profonde doit être traversée.

Et cela est un cadeau de grand prix!

Alors, suivons le Seigneur fidèlement, et bannissons la crainte, l'inquiétude, l'anxiété, ou l'angoisse!

Comment goûter à cette liberté?

Il y a des raisons sages qui nous aident à nous maintenir dans cette liberté.

Tout d'abord, il faut s'en souvenir :  un tunnel n'est pas une nuit sans fin. Une période d'épreuve ne dure pas toujours.

Le Seigneur est le Bon Berger, Il fera en sorte de nous en sortir le plus rapidement possible.

C'est une promesse qu'IL nous a faite.

Aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter.1Corinthiens 10. 13.

Et, dans le parcours de notre vie, il ne sert à rien de regretter les pâturages que nous avons laissés derrière soi.

En réalité, si nous suivons Celui qui sait mieux, le meilleur est devant nous.

Notre Berger, en effet, ne nous fait pas quitter le bon pour le pire. Il sait bien ce qu'Il fait quand, pour nous mener vers le meilleur, Il nous fait franchir une étape difficile.

Pour fuir l'angoisse, il est donc indispensable d'aller de l'avant; dans la confiance, et courageusement.

Ah ! Le courage, quelle vertu humaine nécessaire, qu'elle vertu à cultiver chez l'enfant et chez l'enfant de Dieu également. Vivre courageusement, c'est une noble devise qu'il nous faut sans cesse retenir.

Il est bon, en tout cas, de se souvenir que les enfants du Seigneur sont appelés à vivre courageusement et non mollement. Etes-vous d'accord ?

Mais, si la petite brebis fidèle et courageuse peut être libre de l'angoisse quand elle traverse quelque "vallée d'ombre", c'est qu'il y a victoire sur toutes les autres.

La raison de sa présence

Ce qui fait la différence entre ceux qui croient et ceux qui ne croient pas, c'est la conscience de la présence de notre Berger.

Sa présence est assurée, même quand on ne Le voit pas, c'est ce qu'Il nous promet:

Voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde. Matthieu. 28 .20.

Et nous pouvons être certaines qu'Il est là! Le Berger chemine toujours avec Son troupeau.

Il peine, Lui aussi Il souffre avec celles qui souffrent, Il est fidèle.

Ah! la compassion de Jésus, il n'y a rien de plus grand, de plus beau, de plus vrai que cela!

Quand je marche par la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal. Car tu es avec moi!

Si ces temps- ci vous passez par la maladie , Jésus est là près de vous!

Si vous passez par un deuil, Celui qui a pleuré près du tombeau de Lazare est avec vous!

Si vous avez été jugée injustement, Celui qui a été outragé calomnié est avec vous!

Si vous avez été abandonnée, Celui qui a été trahi par un des siens est avec vous!

En vérité, il n'est pas de tempête, d'obscurité, d'épreuves que nous avons à rencontrer "sur les chemins justes", où notre foi ne puisse retrouver les empreintes de Ses pas. Et même si nous ne voyons plus les empreintes de Ses pas. IL serait quand même là! Il l'à promis!

Et c'est merveilleusement normal, car le berger marche toujours avec et devant ses brebis fidèles et bien groupées.

Pour que cela soit notre expérience vécue, comme David; il ne dit pas seulement : "Quand je marche dans la vallée......je ne crains aucun mal ... car il est avec moi".

Bien plus que cela, arrivé à cet endroit de son chant de confiance et d'amour, Il confesse sa foi, il s'adresse au Berger, et il dit : "Car TU es avec moi!"

Quand parle-t - il ainsi?

Précisément quand il traverse la vallée de l'ombre.....Le chant de la victoire ou parfois seulement le soupir victorieux.

Parlons à Notre Sauveur dans les verts pâturages, prions-le, Louons-le, rendons témoignage avec reconnaissance de tout ce qu'Il a fait pour nous.

Chérissons Sa présence, répondons a Son amour par le nôtre en L'aimant et en nous aimant les unes et les autres.

Alors, quand notre sentier passera par la "vallée de l'ombre", dans la vie ordinaire ou au seuil de l'éternité, nous aussi, connaissant bien notre Sauveur personnel, et l'aimant fort, nous saurons dire, nous pourrons dire, nous dirons,  avec une confiance sereine:

Jésus, dans la vallée, TU es avec moi!

Et l'amour parfait bannira toute crainte! Alléluia!

Vie de femme chrétienne

 

Haut de pageÈ

 

Lire aussi :