| Page d'accueil | • Présentation du site • Introduction • Sommaire des articles • Dossiers complets • Témoignage • Entrée pasteurweb

La vie chrétienne

| Page d'accueil |
| Remonter|
Chrétien
Identification
La repentance
Bâtir sur le roc
Christ notre vie
Disicples
L'homme spirituel
L'homme nouveau
Nouvelle identité
Enfant ou adulte
Le discernement
La vie avec Dieu
Aimer Dieu
Notre culte
Croissance spirituelle
Conduits par Dieu
Le monde
Chrétien et sexuaité
La sanctification
Couper et jeter
Opposés entre eux
Notre combat
Vaincre
La tentation
Ne pas succomber
Résiter au diable
Résister
Dans l'église
Carrière pour qui ?
Témoins de Jésus
Lumière du monde
Lumière et vérité
Des serviteurs
Le chrétien et l'argent
Jeux de hasard
Des trucs
Education Chrétienne
Notre nom
Des brebis

Le chrétien et l'argent

Voici un sujet qu'il ne fait pas bon aborder dans le sens de "notre argent".

En France, le fait de s'intéresser à l'argent des autres dérange toujours et nous n'aimons pas que l'on regarde de trop près au notre. Chez nous, l'argent est tabou ! Et c'est aussi vrai pour les chrétiens.

Cependant la Bible parle beaucoup de l'argent :

  • Celui qu'on aime : l'amour de l'argent

  • Celui que l'on gagne et dépense : le besoin d'argent

  • Celui que l'on donne : l'offrande de l'argent

Ce sont ces trois thèmes que je vais m'efforcer de développer aujourd'hui, avec la Parole écrite de Dieu.

Lorsque je parle d'argent, je ne pense pas seulement à des pièces, des billets de banque, chèques, cartes bancaires ou autre forme. je veux dire aussi  les richesses de la terre que l'argent permet d'acquérir, nos biens d'ici-bas.

Le Seigneur Jésus a fixé le cadre de l'argent et des richesses dans nos rapports avec Dieu et avec les autres et il est bon que nous soyons imprégnés de ses instructions, afin d'échapper aux pièges de l'argent, de nous libérer de son emprise, mais aussi de savoir l'utiliser convenablement sous le regard de Dieu.

L'amour de l'argent

Cela s'appelle l'avarice. Aimer l'argent pour lui-même, le désir jamais satisfait de posséder, la cupidité qui est une idolâtrie. 

Les termes hébreux : betsa’ et grec epithumia et pleonexia désignent la cupidité révélée en particulier par l’avarice.

Dans les  passages suivants la cupidité est considérée comme une idolâtrie. Proverbes 28.16; Jérémie 6.13; Marc 7.22; Luc 12.15 ; Actes 20.33; 2Co 9.5; Eph 4.19 etc. Eph. 5.5 et Col. 3.5. 

L’amour de l’argent est une racine de tous les maux; et quelques-uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux-mêmes dans bien des tourments. 1 Timothée 6:10 

C'est un désir insatiable : 

Celui qui aime l’argent n’est pas rassasié par l’argent, et celui qui aime les richesses n’en profite pas. C’est encore là une vanité. Ecclésiaste 5:10 

Ne vous livrez pas à l’amour de l’argent; contentez-vous de ce que vous avez; car Dieu lui-même a dit: 

Je ne te délaisserai point, et je ne t’abandonnerai point. Hébreux 13:5 

Jésus a dit : 

Gardez-vous avec soin de toute avarice; car la vie d’un homme ne dépend pas de ses biens, fût-il dans l’abondance. Luc 12:15 

Un autre aspect de l'amour de l'argent, c'est l'aimer pour le pouvoir qu'il procure : le pouvoir d'acheter des biens matériels selon nos convoitises, le pouvoir parfois d'acheter les gens, pour en obtenir des avantages ou les tenir à notre merci.

Proverbes 22:7 Le riche domine sur les pauvres, Et celui qui emprunte est l’esclave de celui qui prête.

Dieu n'est pas contre le fait d'être riche. Il dénonce l'amour des richesses et il nous met en garde : 

Psaumes 62:10  Quand les richesses s’accroissent, N’y attachez pas votre cœur.

Proverbes 22:2  Le riche et le pauvre se rencontrent; C’est l’Éternel qui les a faits l’un et l’autre.

Je tire de cette dernière parole la réflexion suivante : Si Dieu vous a fait riches, c'est afin que vous alliez à la rencontre des pauvres pour les secourir.

Ceux qui sont riches doivent apprendre à aider et secourir ceux qui ne le sont pas. 

1 Timothée 6:17 Recommande aux riches du présent siècle de ne pas être orgueilleux, et de ne pas mettre leur espérance dans des richesses incertaines, mais de la mettre en Dieu, qui nous donne avec abondance toutes choses pour que nous en jouissions.
1 Timothée 6:18 Recommande-leur de faire du bien, d’être riches en bonnes oeuvres, d’avoir de la libéralité, de la générosité,

2 Corinthiens 9.8 Dieu peut vous combler de toutes sortes de grâces, afin que, possédant toujours en toutes choses de quoi satisfaire à tous vos besoins, vous ayez encore en abondance pour toute bonne oeuvre, selon qu’il est écrit: Il a fait des largesses, il a donné aux indigents; sa justice subsiste à jamais.
Celui qui fournit de la semence au semeur, et du pain pour sa nourriture, vous fournira et vous multipliera la semence, et il augmentera les fruits de votre justice.
Vous serez de la sorte enrichis à tous égards pour toute espèce de libéralités qui, par notre moyen, feront offrir à Dieu des actions de grâces.

Il y a un très beau verset qui m'a soutenu bien souvent dans mes besoins et m'a fait comprendre, mais cela c'est personnel, qu'il valait mieux pour moi que je ne sois pas riche. C'est souvent ma prière : 

Proverbes 30.8/9 Éloigne de moi la fausseté et la parole mensongère; Ne me donne ni pauvreté, ni richesse, 

Accorde-moi le pain qui m’est nécessaire.


De peur que, dans l’abondance, je ne te renie Et ne dise: Qui est l’Éternel ? 

Ou que, dans la pauvreté, je ne dérobe, Et ne m’attaque au nom de mon Dieu.

Écoutons encore ce que Dieu dit :

Ne te tourmente pas pour t’enrichir, N’y applique pas ton intelligence.
Veux-tu poursuivre du regard ce qui va disparaître? Car la richesse se fait des ailes, Et comme l’aigle, elle prend son vol vers les cieux. Proverbes 23.4/5

Ne vous livrez pas à l’amour de l’argent; contentez-vous de ce que vous avez; car Dieu lui-même a dit: Je ne te délaisserai point, et je ne t’abandonnerai point. Hébreux 13:5 

Le besoin d'argent

Il s'agit de l'argent que nous gagnons par notre travail et qui est nécessaire à notre vie terrestre, nos besoins quotidiens.

Cet argent est légitime. Il est utile pour notre nourriture, nos vêtements, notre logement et ce qui en découle, nos dépenses quotidiennes.

Nous devons travailler pour le gagner, c'est impératif et sain. 

2 Thessaloniciens 3.10/12 Car, lorsque nous étions chez vous, nous vous disions expressément: Si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus.
Nous apprenons, cependant, qu’il y en a parmi vous quelques-uns qui vivent dans le désordre, qui ne travaillent pas, mais qui s’occupent de futilités.
Nous invitons ces gens-là, et nous les exhortons par le Seigneur Jésus-Christ, à manger leur propre pain, en travaillant paisiblement.

Le Seigneur Jésus nous exhorte à ne pas avoir d'inquiétudes au sujet de nos besoins terrestres, car dit-il notre Père céleste sait de quoi nous avons besoin.

Cela ne veut pas dire que nous devons être insouciants et imprévoyants, comme le dit encore la Parole de Dieu : 

Proverbes 6.6/11 Va vers la fourmi, paresseux; Considère ses voies, et deviens sage.
Elle n’a ni chef, Ni inspecteur, ni maître;
Elle prépare en été sa nourriture, Elle amasse pendant la moisson de quoi manger.
Paresseux, jusqu’à quand seras-tu couché? Quand te lèveras-tu de ton sommeil?
Un peu de sommeil, un peu d’assoupissement, Un peu croiser les mains pour dormir!…
Et la pauvreté te surprendra, comme un rôdeur, Et la disette, comme un homme en armes.

Je regarde souvent les oiseaux en pensant à cette parole de Jésus : "Votre Père céleste les nourrit". Je remarque qu'il sont très actifs pour chercher cette nourriture.

Vous avez compris qu'il ne s'agit pas d'attendre béatement que ce dont nous avons besoin nous tombe directement du ciel. Cela c'est de la paresse.

Dieu veut que nous travaillons pour vivre et il saura nous procurer le travail et la santé pour le faire.

Il y a des situations extrêmes où Dieu répond miraculeusement, mais ce sont des circonstances exceptionnelles. La règle général c'est le travail.

Nous devons savoir nous confier en Dieu pour nos besoins quotidiens car ses promesses sont certaines et éternelles.

Car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous le lui demandiez. Matthieu 6:8 

Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces.
Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ. Philippiens 4.6/7 

Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous. 1 Pierre 5:7 

L'offrande de l'argent

J'aborde ici un point très sensible :  à qui donner, comment donner, combien donner, pourquoi donner ?

Commençons par pourquoi donner. 

Les offrandes encore appelées les sacrifices  ont toujours fait partie des pratiques religieuses.

Je ne parlerai pas ici des religions païennes, mais des offrandes  dont la Bible nous entretient.
Le premier homme mentionné pour ses offrandes est Caïn :

Genèse 4:3 Au bout de quelque temps, Caïn fit à l’Éternel une offrande des fruits de la terre

et Abel, de son côté, en fit une des premiers-nés de son troupeau et de leur graisse.  Genèse 4:4 

L’Éternel porta un regard favorable sur Abel et sur son offrande; mais il ne porta pas un regard favorable sur Caïn et sur son offrande. Caïn fut très irrité, et son visage fut abattu. Genèse 4:5 

L'épître aux Hébreux donne la raison pour laquelle Dieu approuva l'offrande d'Abel comme étant plus excellente que celle de son frère.

C’est par la foi qu’Abel offrit à Dieu un sacrifice plus excellent que celui de Caïn; c’est par elle qu’il fut déclaré juste, Dieu approuvant ses offrandes; et c’est par elle qu’il parle encore, quoique mort. Hébreux 11:4

Nous pourrions penser que la foi est le moyen de recevoir les bénédictions de Dieu, mais nous remarquons qu'elle est aussi nécessaire afin que ce que nous offrons à Dieu soit agréé. 

En continuant la lecture, nous trouvons les offrandes de Noé

Noé bâtit un autel à l’Éternel; il prit de toutes les bêtes pures et de tous les oiseaux purs, et il offrit des holocaustes sur l’autel. Genèse 8:20 

Puis celles d'Abraham qui bâtissait des autels à l'Éternel, donc qui présentait des offrandes.

C'est avec Abraham qu'il est fait mention pour la première fois de "la dîme".

Genèse 14.17  Après qu’Abram fut revenu vainqueur de Kedorlaomer et des rois qui étaient avec lui, le roi de Sodome sortit à sa rencontre dans la vallée de Schavé, qui est la vallée du roi.
Melchisédek, roi de Salem, fit apporter du pain et du vin: il était sacrificateur du Dieu Très-Haut.
Il bénit Abram, et dit: Béni soit Abram par le Dieu Très-Haut, maître du ciel et de la terre!
Béni soit le Dieu Très-Haut, qui a livré tes ennemis entre tes mains! Et Abram lui donna la dîme de tout.

A partir de ce moment nous retrouvons la dîme comme mesure d'offrande à Dieu, avant qu'elle devienne une loi pour Israël.

Genèse 28.20/22 Jacob fit un vœu, en disant: Si Dieu est avec moi et me garde pendant ce voyage que je fais, s’il me donne du pain à manger et des habits pour me vêtir, et si je retourne en paix à la maison de mon père, alors l’Éternel sera mon Dieu; cette pierre, que j’ai dressée pour monument, sera la maison de Dieu; et je te donnerai la dîme de tout ce que tu me donneras.

Cette dîme qui était volontaire, comprenait des offrandes des troupeaux et des produits de la terre. Plus tard Dieu l'érigea en loi pour Israël. 

Elle était, comme les offrandes qui la précédèrent,  un acte d'adoration à Dieu, offerte par reconnaissance. 

Voici une note du dictionnaire biblique :  

Dîme : La 10e partie du revenu ou du butin que l’on consacrait à Dieu. Les Lydiens (Hérodote 1.89), les Phéniciens, les Carthaginois et d’autres peuples de l’antiquité prélevaient aussi des dîmes pour leurs dieux. Les Égyptiens durent même donner 1/5 des leurs récoltes au Pharaon  (Ge 47.24 ) Abraham revenant de sa victoire sur les rois, donna la dîme de tout le butin à Melchisédek, roi de Salem et prêtre du vrai Dieu (14.20). Jacob promit à Dieu de lui donner le 1/10 de ce qu’il lui accorderait (28.22). La Loi de Moïse soumettait à la dîme les produits de la terre et le bétail.  (Lévitique 27.30-32)  Le donateur pouvait racheter la partie de sa dîme consistant en récoltes ou en fruits, à condition d’y ajouter en argent 1/5 de la valeur (v. 31). Par contre, la dîme du gros et du petit bétail ne pouvait être rachetée. On consacrait à l’Éternel chaque 10e animal, sans défaut ou défectueux, qui passait sous la houlette; on avait laissé le choix à Dieu (v. 32-33) et l’animal ne pouvait être racheté ni échangé. Quant aux produits agricoles, la dîme se prélevait sur le blé battu, le vin, l’huile d’olive. (Nombres 18.27) Toutes ces dîmes présentées à l’Éternel par élévation étaient données aux Lévites (v. 21, 24) en compensation de leur service dans le sanctuaire, et parce qu’ils ne possédaient pas de territoire. A leur tour, les Lévites devaient prélever pour l’Éternel la dîme de ce qu’ils avaient reçu (la dîme de la dîme), et la donner aux sacrificateurs (v. 26-27).

La dîme est donc devenue une loi pour Israël,  mais à côté de cette dîme, le peuple faisait aussi de nombreuses offrandes volontaires. 


Exode 35:29 Tous les enfants d’Israël, hommes et femmes, dont le cœur était disposé à contribuer pour l’œuvre que l’Éternel avait ordonnée par Moïse, apportèrent des offrandes volontaires à l’Éternel.

Deutéronome 12:6 C’est là que vous présenterez vos holocaustes, vos sacrifices, vos dîmes, vos prémices, vos offrandes en accomplissement d’un vœu, vos offrandes volontaires, et les premiers-nés de votre gros et de votre menu bétail.

La destination des dîmes et des offrandes était précisée : 

Elles devaient être présentées à Dieu, dans le sanctuaire, par l'intermédiaire des sacrificateurs et elles servaient à l'entretien des sacrificateurs, des Lévites et du sanctuaire. 

Nous arrivons maintenant à ce qui nous concerne dans la Nouvelle Alliance de l'Église de Jésus Christ.

Jésus a dû à plusieurs reprises reprendre les pharisiens au sujet de la façon dont ils pratiquaient les dîmes et les offrandes. Nous pouvons le lire dans les Évangiles.

Nous voyons aussi comment il a rendu hommage à une veuve pauvre qui a donné de son nécessaire, quoique la somme semble bien mince. Puis il a aussi louer la pécheresse (Luc 7.37 à 48) et plus tard Marie la sœur de Lazare (Marc 14.3)  pour leur offrande.

Luc 21.1/4  Jésus, ayant levé les yeux, vit les riches qui mettaient leurs offrandes dans le tronc.
Il vit aussi une pauvre veuve, qui y mettait deux petites pièces.
Et il dit: Je vous le dis en vérité, cette pauvre veuve a mis plus que tous les autres; car c’est de leur superflu que tous ceux-là ont mis des offrandes dans le tronc, mais elle a mis de son nécessaire, tout ce qu’elle avait pour vivre.

Nous voyons ici que l'offrande prend une autre dimension : celle de l'amour.

Luc 7:47 C’est pourquoi, je te le dis, ses nombreux péchés ont été pardonnés: car elle a beaucoup aimé. Mais celui à qui on pardonne peu aime peu.

C'est la règle de l'offrande dans la Nouvelle Alliance faire les choses par amour, par reconnaissance envers Dieu, par amour pour ceux à qui l'on donne, par amour et par compassion envers ceux que l'on secours.

Dans les enseignements des apôtres aux églises, il n'est plus question de dîmes, mais d'offrandes.

Si l'on peut observer quelques règles quand à ces offrandes, nous remarquons que la motivation de ceux qui donnent vient toujours du cœur.

Actes 2:45 Ils vendaient leurs propriétés et leurs biens, et ils en partageaient le produit entre tous, selon les besoins de chacun. 

Actes 4.32/35 La multitude de ceux qui avaient cru n’était qu’un cœur et qu’une âme. Nul ne disait que ses biens lui appartinssent en propre, mais tout était commun entre eux.
Les apôtres rendaient avec beaucoup de force témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus. Et une grande grâce reposait sur eux tous.
Car il n’y avait parmi eux aucun indigent: tous ceux qui possédaient des champs ou des maisons les vendaient, apportaient le prix de ce qu’ils avaient vendu, et le déposaient aux pieds des apôtres; et l’on faisait des distributions à chacun selon qu’il en avait besoin.

Dieu peut réprimer instantanément les esprits calculateurs. Actes 5 


L'apôtre Paul écrit au sujet des offrandes concernant les disciples de Christ : 

Que chacun donne comme il l’a résolu en son cœur, sans tristesse ni contrainte; car Dieu aime celui qui donne avec joie. 2 Corinthiens 9:7 

Voici l'état d'esprit dans lequel nous faisons nos offrandes à Dieu :

Une bonne disposition et une décision venant du cœur, sans contrainte et avec joie.  

Combien donner ?

1 Corinthiens 16:2 Que chacun de vous, le premier jour de la semaine, mette à part chez lui ce qu’il pourra, selon sa prospérité, afin qu’on n’attende pas mon arrivée pour recueillir les dons.

Il ne faut pas que nos offrandes soient des actes d'avarice, calculés au minimum par cupidité.

Un bon exemple nous est donné avec les frères et sœurs de Macédoine :  

2 Corinthiens 8.2/5 Au milieu de beaucoup de tribulations qui les ont éprouvées, leur joie débordante et leur pauvreté profonde ont produit avec abondance de riches libéralités de leur part.
Ils ont, je l’atteste, donné volontairement selon leurs moyens, et même au delà de leurs moyens, nous demandant avec de grandes instances la grâce de prendre part à l’assistance destinée aux saints.
Et non seulement ils ont contribué comme nous l’espérions, mais ils se sont d’abord donnés eux-mêmes au Seigneur, puis à nous, par la volonté de Dieu.

  • Joie débordante malgré leur pauvreté profonde !

  • libéralité.

  • Volontairement selon leurs moyens et même au delà

  • zèle fervent. C'était pour eux une grâce à laquelle ils désiraient ardemment prendre part.

  • Premièrement, don de soi. Ils s'étaient d'abord donnés eux-mêmes au Seigneur.

Nous trouvons dans cet exemple les éléments qui font une offrande agréable au Seigneur.

A qui donner ?

Les chrétiens de Jérusalem apportaient leurs offrandes aux apôtres, puis plus tard à ceux qui avaient été établis pour les recevoir et les distribuer. Actes 4.35 - 6.1

L'apôtre Paul prenait  soin d'organiser la collecte des offrandes. 

2 Corinthiens 9:5 J’ai donc jugé nécessaire d’inviter les frères à se rendre auparavant chez vous, et à s’occuper de votre libéralité déjà promise, afin qu’elle soit prête, de manière à être une libéralité, et non un acte d’avarice.

Tout devait se faire correctement, dans la transparence, afin de ne pas donner lieu à des soupçons et des conflits.

Il est bon, et même instamment  recommandé,  que ce ne soient pas les pasteurs et autres prédicateurs qui gèrent l'argent dans les églises mais des personnes crédibles établies par l'église, afin que tout soit dans la transparence et et que les offrandes soient  affectées à des besoins véritables.

Je précise un point important : ceux qui donnent doivent donner à Dieu.

C'est la destination spirituelle des offrandes, qui nous le savons serviront à répondre aux différents besoins.

  • le secours des frères et sœurs pauvres ou dans une détresse financière. L'assistance destinée aux saints, à laquelle les apôtres de Jérusalem et l'apôtre Paul attachaient une grand importance, au sujet de laquelle il a écrit avec insistance. 

  • la rémunération  des personnes qui servent l'église, ceux qui travaillent au ministère de la Parole, qui dirigent, qui ont une fonction d'administration et les ministères itinérants. (tout est fonction de la taille de l'église) 

  • le secours à des églises pauvres ou en difficultés,  soit dans le pays, soit dans d'autres pays

  • l'évangélisation, la propagation de l'Évangile, par l'assemblée elle-même ou en participant à des actions d'évangélisations extérieures à l'église.

  • la locations, l'achat et l'entretien des locaux servant aux activités de l'église

Nous le voyons le sujet de l'argent est très vaste et j'ai le sentiment de pas avoir répondu à toutes les questions, mais je vous ai donné un canevas  vous apportant des éléments qui vous serviront à développer sur des bases bibliques votre propre conviction, et a partager avec d'autres ces instructions.

Avant de terminer, je vous exhorte 

  • à ne pas dépendre des hommes ou des circonstances pour vos propres besoins, mais de vous attendre à Dieu qui connaît toute chose.

  • lorsque vous donnez, faites le d'abord pour Dieu, comme un acte d'amour, de reconnaissance et d'adoration.

  • Si vous offrandes viennent du cœur, ayez aussi la sagesse d'en déterminer le montant et la destination en fonction de ce que vous pensez être le meilleur devant le Seigneur.

  • Vous avez le droit de savoir comment vos offrandes sont utilisées. Je vous recommande même d'être vigilants à ce sujet.

En conclusion, méditez cette parole :

2 Corinthiens 9.8/11 Sachez-le, celui qui sème peu moissonnera peu, et celui qui sème abondamment moissonnera abondamment.
Que chacun donne comme il l’a résolu en son coeur, sans tristesse ni contrainte; car Dieu aime celui qui donne avec joie.
Et Dieu peut vous combler de toutes sortes de grâces, afin que, possédant toujours en toutes choses de quoi satisfaire à tous vos besoins, vous ayez encore en abondance pour toute bonne oeuvre, selon qu’il est écrit: Il a fait des largesses, il a donné aux indigents; Sa justice subsiste à jamais.
Celui qui fournit de la semence au semeur, Et du pain pour sa nourriture, vous fournira et vous multipliera la semence, et il augmentera les fruits de votre justice.
Vous serez de la sorte enrichis à tous égards pour toute espèce de libéralités qui, par notre moyen, feront offrir à Dieu des actions de grâces.

Pourquoi donner ?

Je vais développer un peu plus loin  le sujet de la rémunération  des personnes qui servent l'église, ceux qui travaillent au ministère de la Parole, ceux qui dirigent, qui ont une fonction d'administration et les ministères itinérants. 

Mais auparavant, je veux revenir sur un domaine important concernant la destination des offrandes : 

L'assistance des saints, c'est à dire aux frères et sœurs en Christ. 

Les premiers chrétiens étaient très zélés et soucieux de l'équité des biens et du secours des pauvres. 

Actes 4.34/35 Car il n’y avait parmi eux aucun indigent: tous ceux qui possédaient des champs ou des maisons les vendaient, apportaient le prix de ce qu’ils avaient vendu, et le déposaient aux pieds des apôtres; et l’on faisait des distributions à chacun selon qu’il en avait besoin.
Galates 2:10 Ils nous recommandèrent seulement de nous souvenir des pauvres, ce que j’ai bien eu soin de faire.

L'apôtre Paul a écrit avec insistance à ce sujet dont deux chapitres entiers dans sa deuxième épître aux Corinthiens.

En  voici quelques passages : 

2 Corinthiens 8.1/4 Nous vous faisons connaître, frères, la grâce de Dieu qui s’est manifestée dans les Églises de la Macédoine.
Au milieu de beaucoup de tribulations qui les ont éprouvées, leur joie débordante et leur pauvreté profonde ont produit avec abondance de riches libéralités de leur part.
Ils ont, je l’atteste, donné volontairement selon leurs moyens, et même au delà de leurs moyens, nous demandant avec de grandes instances la grâce de prendre part à l’assistance destinée aux saints.

8.6/7 Nous avons donc engagé Tite à achever chez vous cette oeuvre de bienfaisance, comme il l’avait commencée.
De même que vous excellez en toutes choses, en foi, en parole, en connaissance, en zèle à tous égards, et dans votre amour pour nous, faites en sorte d’exceller aussi dans cette oeuvre de bienfaisance.

2 Corinthiens 9:1 Il est superflu que je vous écrive touchant l’assistance destinée aux saints.

Je vous conseille de lire entièrement ces deux chapitres afin de considérer l'importance de cette instruction concernant le secours que nous devons apporter à ceux qui parmi nous sont dans le besoin. 

Nous lisons encore : 

1 Jean 3:16/19 Nous avons connu l’amour, en ce qu’il a donné sa vie pour nous; nous aussi, nous devons donner notre vie pour les frères.
Si quelqu’un possède les biens du monde, et que, voyant son frère dans le besoin, il lui ferme ses entrailles, comment l’amour de Dieu demeure-t-il en lui?
Petits enfants, n’aimons pas en paroles et avec la langue, mais en actions et avec vérité.
Par là nous connaîtrons que nous sommes de la vérité, et nous rassurerons nos cœurs devant lui;

Il y avait dans les églises une règle concernant l'aide aux veuves sans ressources, que l'on inscrivait sur une liste à cet effet. 1 Timothée 5.9

1 Timothée 5:3 Honore les veuves qui sont véritablement veuves.

1 Timothée 5:5 Celle qui est véritablement veuve, et qui est demeurée dans l’isolement, met son espérance en Dieu et persévère nuit et jour dans les supplications et les prières.

Il était important que je précise cet enseignement afin que nous apprenions à exercer une véritable charité envers nos frères et nos sœurs pauvres.

 


La rémunération de ceux qui servent l'église

pasteurs, diacres, ceux qui enseignent, qui dirigent, les ministères itinérants...

Nous pouvons avoir des conceptions personnelles, mais nous allons voir ce que dit Dieu, dans sa Parole écrite, qui je le crois de tout mon cœur est encore parfaitement valable aujourd'hui, si nous savons l'appliquer selon l'esprit et non selon la lettre. 

Elle est la parole vivante et permanente de Dieu, qui demeure éternellement. Et cette parole est celle qui nous a été annoncée par l’Évangile. 1 Pierre 1.23/25 

2 Corinthiens 3:6  Il nous a aussi rendus capables d’être ministres d’une nouvelle alliance, non de la lettre, mais de l’esprit; car la lettre tue, mais l’esprit vivifie.

C'est dans la mesure où nous appliquons spirituellement les enseignements que Dieu nous donne dans sa Parole écrite que cette dernière produira la vie en nous.

Pour la rémunération des serviteurs de Dieu, il y a une règle de doctrine, comme tout ce qui se fait dans l'Église de Christ, une règle de doctrine que nous sommes appelés à suivre fidèlement.

Romains 6:17 Mais grâces soient rendues à Dieu de ce que, après avoir été esclaves du péché, vous avez obéi de cœur à la règle de doctrine dans laquelle vous avez été instruits.

Ce que nous disons ou écrivons doit être conforme à la doctrine du Seigneur.

Pour toi, dis les choses qui sont conformes à la saine doctrine. Tite 2:1 

Or nous voyons de plus en plus de théories étranges, chacun suivant sa propre pensée, au sujet de tout. C'est aussi un signe des temps que nous vivons.

2 Timothée 4:3 Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables.

Je connais les arguments de ceux qui sous de nombreux prétextes contestent cet enseignement, comme ils contestent également la légitimité des églises, mais ce que j'enseigne  ici, est ni plus ni moins que ce qui est écrit dans la Parole de Dieu.

C'est donc en fonction des instructions des Écritures que nous allons examiner ce qui est convenable au sujet du salaire des serviteurs de Dieu, qui servent les églises.

Déjà, sous l'ancienne alliance, ceux qui servaient au temple étaient rémunérés par les offrandes que le peuple apportait.

Toutes les dîmes présentées à l’Éternel par élévation étaient données aux Lévites  en compensation de leur service dans le sanctuaire, et parce qu’ils ne possédaient pas de territoire. A leur tour, les Lévites devaient prélever pour l’Éternel la dîme de ce qu’ils avaient reçu (la dîme de la dîme), et la donner aux sacrificateurs.

Nombres18.24/28 Je donne comme possession aux Lévites les dîmes que les enfants d’Israël présenteront à l’Éternel par élévation; c’est pourquoi je dis à leur égard: Ils n’auront point de possession au milieu des enfants d’Israël.
L’Éternel parla à Moïse, et dit:
Tu parleras aux Lévites, et tu leur diras: Lorsque vous recevrez des enfants d’Israël la dîme que je vous donne de leur part comme votre possession, vous en prélèverez une offrande pour l’Éternel, une dîme de la dîme; et votre offrande vous sera comptée comme le blé qu’on prélève de l’aire et comme le moût qu’on prélève de la cuve.
C’est ainsi que vous prélèverez une offrande pour l’Éternel sur toutes les dîmes que vous recevrez des enfants d’Israël, et vous donnerez au sacrificateur Aaron l’offrande que vous en aurez prélevée pour l’Éternel.

En ce qui concerne l'Église, il y aussi des règles concernant la rémunération de ceux qui servent le Seigneur. 

1 Timothée 5.17/18  Que les anciens qui dirigent bien soient jugés dignes d’un double honneur, surtout ceux qui travaillent à la prédication et à l’enseignement.
Car l’Écriture dit: Tu n’emmuselleras point le bœuf quand il foule le grain. Et l’ouvrier mérite son salaire.

L'apôtre Paul défendant son ministère, donne une longue instruction aux chrétiens de Corinthe au sujet du salaire de ceux qui travaillent à l'œuvre du Seigneur.

2 Corinthiens 9:6 à 14

Est-ce que moi seul et Barnabas nous n’avons pas le droit de ne point travailler?
Qui jamais fait le service militaire à ses propres frais? Qui est-ce qui plante une vigne, et n’en mange pas le fruit? Qui est-ce qui fait paître un troupeau, et ne se nourrit pas du lait du troupeau?
Ces choses que je dis, n’existent-elles que dans les usages des hommes? la loi ne les dit-elle pas aussi?
Car il est écrit dans la loi de Moïse: Tu n’emmuselleras point le bœuf quand il foule le grain. 

Dieu se met-il en peine des bœufs, ou parle-t-il uniquement à cause de nous? 

Oui, c’est à cause de nous qu’il a été écrit que celui qui laboure doit labourer avec espérance, et celui qui foule le grain fouler avec l’espérance d’y avoir part.
Si nous avons semé parmi vous les biens spirituels, est-ce une grosse affaire si nous moissonnons vos biens temporels.
Si d’autres jouissent de ce droit sur vous, n’est-ce pas plutôt à nous d’en jouir? Mais nous n’avons point usé de ce droit; au contraire, nous souffrons tout, afin de ne pas créer d’obstacle à l’Évangile de Christ.
Ne savez-vous pas que ceux qui remplissent les fonctions sacrées sont nourris par le temple, que ceux qui servent à l’autel ont part à l’autel ?


De même aussi, le Seigneur a ordonné à ceux qui annoncent l’Évangile de vivre de l’Évangile.

Lisons encore quelques autres passages tout aussi clairs : 

Galates 6:6 Que celui à qui l’on enseigne la parole fasse part de tous ses biens à celui qui l’enseigne.

Jésus envoyant ses disciples annoncer le Royaume de Dieu leur dit : 

Luc 10.5/7 Dans quelque maison que vous entriez, dites d’abord: Que la paix soit sur cette maison!
Et s’il se trouve là un enfant de paix, votre paix reposera sur lui; sinon, elle reviendra à vous.
Demeurez dans cette maison-là, mangeant et buvant ce qu’on vous donnera; car l’ouvrier mérite son salaire

Le Seigneur lui-même, qui ne possédait aucun  biens terrestres, pas même une pierre comme oreiller, était assisté par les femmes qui le suivaient.

Matthieu 8:20 Jésus lui répondit: Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel ont des nids; mais le Fils de l’homme n’a pas où reposer sa tête.

Luc 8.1/3  Ensuite, Jésus allait de ville en ville et de village en village, prêchant et annonçant la bonne nouvelle du royaume de Dieu.
Les douze étaient avec lui et quelques femmes qui avaient été guéries d’esprits malins et de maladies: Marie, dite de Magdala, de laquelle étaient sortis sept démons, Jeanne, femme de Chuza, intendant d’Hérode, Susanne, et plusieurs autres, qui l’assistaient de leurs biens.

Je voudrais que nous comprenions bien, qu'il ne s'agit pas de travailler par intérêt, le service de Dieu ne se fait pas dans un esprit de lucre ou de possession des choses. Ceux qui servent le Seigneur doivent être désintéressés. 

1 Timothée 3:3 Il faut qu’il ne soit ni adonné au vin, ni violent, mais indulgent, pacifique, désintéressé.

1 Pierre 5:2 Paissez le troupeau de Dieu qui est sous votre garde, non par contrainte, mais volontairement, selon Dieu; non pour un gain sordide, mais avec dévouement;
Philippiens 2:4 Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres.

Voici  un extrait de l'étude sur le ministère pastoral :

"Les anciens (pasteurs) sont rémunérés par l'église, dans la mesure des possibilités et sont responsables devant elle de leur ministère.

1 Timothée.5.17/20  Que les anciens qui dirigent bien soient jugés dignes d’un double honneur, surtout ceux qui travaillent à la prédication et à l’enseignement.

Car l’Écriture dit: Tu ne muselleras point le bœuf quand il foule le grain. Et l’ouvrier mérite son salaire.

Concernant la rémunération, l'apôtre Paul a montré  l'exemple dans des circonstances difficiles (Actes 20.34) et il est vrai que la tâche d'ancien dans une église, surtout si cette dernière est petite et qu'ils sont plusieurs, ne nécessite pas un travail à plein temps. A l'époque où nous trouvons dans le monde associatif la vertu du bénévolat, il est bon que dans les églises l'on fasse preuve de ce   zèle qui n'attend pas la rémunération. Si elle est justifiée et possible, c'est bien.

1 Timothée 5:17  Quand les anciens dirigent bien l’Église, ils méritent de recevoir un salaire ­double. Ils le méritent surtout quand ils travaillent durement au service de­ la Parole et pour enseigner.  

Nous remarquons dans ce passage qu'il s'agit de pasteurs qui dirigent bien et qui travaillent durement.

Il n'est pas question de rémunérer des paresseux !

L'apôtre Pierre souligne que dégagés de certaines tâches, ceux qui prêchent la Parole, pourront mieux s'y consacrer. Actes 6

Paul, dès qu'il reçut le soutien attendu put se donner entièrement à la Parole. Actes 18.5

Ce qui montre que, s'il faut savoir travailler de ses propres mains pour assurer sa subsistance, il faut aussi savoir recevoir une rémunération ou un don, lorsqu'ils sont justifiés.

Ceux qui annoncent l'Évangile doivent pouvoir vivre de l'Évangile (1 Corinthiens 9.14) et tout travail mérite son salaire. 

1 Timothée 5:18  Car l’Écriture dit: Tu ne muselleras point le bœuf quand il foule le grain. Et l’ouvrier mérite son salaire.  

Il y a une reconnaissance de la part de ceux qui sont enseignés : 

Galates 6:6  Que celui à qui l’on enseigne la parole fasse part de tous ses biens à celui qui l’enseigne.

Dans ce domaine, un enseignement  doit être donné à l'église et reçu de ceux qui  écoutent la Parole.

A force de crier sur les mauvais ouvriers, on finit par oublier  la considération que l'on doit aux bons !"

Je crois que de plus en plus, (les temps sont durs !) les membres des églises oublient ou négligent leurs responsabilités à l'égard de ceux qui servent le Seigneur dans l'Église, que ces serviteurs et servantes, soient attachés à l'église locale ou qu'il aiient des ministères itinérants.

Tite 3:13 Aie soin de pourvoir au voyage de Zénas, le docteur de la loi, et d’Apollos, en sorte que rien ne leur manque.

3 Jean 1.5/8 Bien-aimé, tu agis fidèlement dans ce que tu fais pour les frères, et même pour des frères étrangers, lesquels ont rendu témoignage de ta charité, en présence de l’Église. Tu feras bien de pourvoir à leur voyage d’une manière digne de Dieu.
Car c’est pour le nom de Jésus-Christ qu’ils sont partis, sans rien recevoir des païens.
Nous devons donc accueillir de tels hommes, afin d’être ouvriers avec eux pour la vérité.

Romains 16:1  Je vous recommande Phoebé, notre sœur, qui est diaconesse de l’Église de Cenchrées, afin que vous la receviez en notre Seigneur d’une manière digne des saints, et que vous l’assistiez dans les choses où elle aurait besoin de vous, car elle a donné aide à plusieurs et à moi-même.

Il y a deux choses que nous négligeons de plus en plus c'est l'honneur et la considération. Nous vivons dans une société de gens mal-élevés, sous prétexte de liberté. Or Dieu nous demande d'avoir de la considération pour les autres et de les honorer. Ils ne faudrait pas que l'Église, sous prétexte de se faire "tout à tous", soit influencée par la mentalité et les comportement des gens du monde.

Romains 13:7 Rendez à tous ce qui leur est dû: l’impôt à qui vous devez l’impôt, le tribut à qui vous devez le tribut, la crainte à qui vous devez la crainte, l’honneur à qui vous devez l’honneur.

Philippiens 2:29 Recevez-le donc dans le Seigneur avec une joie entière, et honorez de tels hommes.
1 Pierre 2:17 Honorez tout le monde; aimez les frères; craignez Dieu; honorez le roi.

(Il y a un domaine qui nous concerne tout particulièrement nous les hommes : honorer nos épouses. Lisez plutôt 1 Pierre 3:7 .)

Selon l'enseignement des Écritures, nous voyons que rémunérer ceux qui travaillent à l'œuvre du Seigneur  est aussi une question de considération et d'honneur à leur égard.

1 Thessaloniciens 5:12 Nous vous prions, frères, d’avoir de la considération pour ceux qui travaillent parmi vous, qui vous dirigent dans le Seigneur, et qui vous exhortent.

Hébreux 13:7 Souvenez-vous de vos conducteurs qui vous ont annoncé la parole de Dieu; considérez quelle a été la fin de leur vie, et imitez leur foi.
Hébreux 13:17 Obéissez à vos conducteurs et ayez pour eux de la déférence, car ils veillent sur vos âmes comme devant en rendre compte; qu’il en soit ainsi, afin qu’ils le fassent avec joie, et non en gémissant, ce qui ne vous serait d’aucun avantage.
1 Timothée 5:17 Que les anciens qui dirigent bien soient jugés dignes d’un double honneur, surtout ceux qui travaillent à la prédication et à l’enseignement.

Je crois qu'il nous faut appliquer les instructions du Seigneur, en ce qui concerne les offrandes et leur destination, c'est aussi une façon de servir et d'honorer Dieu notre Père céleste.

 

Haut de page

Lire aussi :