| Page d'accueil | • Entrée pasteurweb • Introduction • Présentation du site • Sommaire des articles • Dossiers complets • Témoignage

Le fruit de l'Esprit

| Page d'accueil |
| Remonter|
L'amour
La joie
La paix
La bonté
La bienveillance
La fidélité
La douceur
La patience
La maîtrise de soi
Le Dieu de paix
La paix de Dieu
La paix avec Dieu
Notre paix

La maîtrise de soi, fruit de l'Esprit

Comme une ville forcée et sans murailles, ainsi est l’homme qui n’est pas maître de lui-même. Proverbes 25:28

La maîtrise de soi est la faculté de contrôler et de maîtriser différents éléments de notre vie. Elle fait partie du fruit que le Saint Esprit produit dans la vie des enfants de Dieu

Ce que l’Esprit Saint produit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bienveillance, la bonté, la fidélité, la douceur et la maîtrise de soi. Galates 5:22 

Elle concerne tout notre être : l'esprit, l'âme et le corps  

. La maîtrise de notre esprit : nos pensées, notre volonté ...

. La maîtrise de notre âme : nos sentiments, nos émotions, nos désirs

. La maîtrise de notre corps : nos sens, nos membres

Un passage des Écritures nous recommande de veiller à nos portes. Nous sommes faits de telle manière que nous avons accès à  ce qui vient de l'extérieur. Nous sommes comme une maison dont il faut savoir ouvrir et fermer les portes et les fenêtres en fonction des circonstances.

Nous sommes ainsi conçus que toutes les parties de notre être se tiennent et dépendent l'une de l'autre, l'esprit, l'âme et le corps

Par exemple, lorsque notre esprit est en proie à de mauvaises   pensées, il influence les sentiments de notre âme et produit des désirs pernicieux qui vont à leur tout entrainer notre corps à pécher.

D'où l'importance de nous soumettre totalement au Saint Esprit, afin qu'Il communique sa vie, sa nature, à notre être entier.

Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ! 1 Thessaloniciens 5:23

La maîtrise de notre esprit 

Notre esprit est le siège de nos facultés mentales, la pensée, la réflexion, la volonté. C'est là que s'élaborent nos projets et se prennent nos décisions, des choses qui sont déterminantes pour notre vie.

Notre pensée est toujours en mouvement et se porte sur de nombreuses choses :  des projets qui peuvent devenir de vains rêves, des images mentales parfois impures, des situations imaginaires  ou tout simplement  les choses courantes et quotidiennes de notre vie. Nous pouvons avoir de bonnes ou de mauvaises pensées qui surgissent à l'improviste. Elle sont comme des oiseaux qui traversent le ciel. Quelqu'un a  dit au sujet des pensées : 

"Nous ne pouvons pas empêcher les oiseaux de voler au dessus de nos têtes, mais nous pouvons les empêcher de faire leur nid dans nos cheveux." 

La crainte et l'inquiétude envahissent parfois nos pensées, qui s'agitent et nous font agir de façon désordonnée ou au contraire nous paralysent complètement.

Nous voyons combien il est important de maitriser ce qui se passe dans notre esprit. L'apôtre Pierre a écrit :

C’est pourquoi, ceignez les reins de votre entendement (c'est à dire : pensée, réflexion, intelligence, compréhension), soyez sobres 1 Pierre 1:13

Notre esprit peut être sollicité par toutes sortes de pensées, l'inquiétude, l'impureté, la vanité, l'orgueil, etc.  Il faut alors les chasser et nous tourner vers de bonnes choses, comme l'apôtre Paul nous y exhorte.

Au reste, frères, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l’objet de vos pensées. Philippiens. 4.8

Il  enseigne encore que la prière et les actions de grâce sont un précieux secours dans ce domaine :

Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces.
Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ. Philippiens 4.6/7

La maitrise dans la pratique des dons spirituels

C'est un domaine dans lequel nous devons être particulièrement vigilants. Déjà, Dieu reprochait aux prophètes de l'Ancienne Alliance d'être extravagants, excessifs, et de prendre leurs propres inspirations pour celles de Dieu.

Jérémie 23:13 Dans les prophètes de Samarie j’ai vu de l’extravagance; Ils ont prophétisé par Baal, Ils ont égaré mon peuple d’Israël.

Jérémie 23:16 Ainsi parle l’Eternel des armées: N’écoutez pas les paroles des prophètes qui vous prophétisent! Ils vous entraînent à des choses de néant; Ils disent les visions de leur cœur, Et non ce qui vient de la bouche de l’Eternel.

L'apôtre Paul donne des instructions concernant la pratique des dons spirituels dans les assemblées, surtout le parler en langue et la prophétie, soulignant que les esprits des prophètes leur sont soumis, c'est à dire que nous avons la faculté de maîtriser notre propre esprit dans la pratique des dons spirituels.

Que faire donc, frères? Lorsque vous vous assemblez, les uns ou les autres parmi vous ont-ils un cantique, une instruction, une révélation, une langue, une interprétation, que tout se fasse pour l’édification.
En est-il qui parlent en langue, que deux ou trois au plus parlent, chacun à son tour, et que quelqu’un interprète; s’il n’y a point d’interprète, qu’on se taise dans l’Eglise, et qu’on parle à soi-même et à Dieu.
Pour ce qui est des prophètes, que deux ou trois parlent, et que les autres jugent; et si un autre qui est assis a une révélation, que le premier se taise.
Car vous pouvez tous prophétiser successivement, afin que tous soient instruits et que tous soient exhortés. Les esprits des prophètes sont soumis aux prophètes; car Dieu n’est pas un Dieu de désordre, mais de paix. 1 Corinthiens 14.26/33 

La maîtrise de notre âme

Ici il s'agit de nos sentiments, nos émotions et nos désirs. Il y a beaucoup à dire dans ce domaine qui touche notre personnalité, tellement nous sommes différents dans nos réactions.

Il y a les impulsifs et les modérés, les hypersensibles et les indifférents, les calculateurs et les naïfs, les extravagants et les anonymes, les orgueilleux et les humbles, les violents et les doux, les optimistes et les pessimistes ...

Souvent nous nous laissons influencer par nos sentiments et nous donnons libre cours à nos émotions. Certains rassemblements sont favorables aux débordements émotifs, qui y sont d'ailleurs recherchés et provoqués. Cela n'est ni sain, ni spirituel.

Il nous faut certainement apprendre la modération dans l'expression de nos sentiments, de nos émotions et de nos désirs.

Lequel d’entre vous est sage et intelligent? Qu’il montre ses œuvres par une bonne conduite avec la douceur de la sagesse.
Mais si vous avez dans votre cœur un zèle amer et un esprit de dispute, ne vous glorifiez pas et ne mentez pas contre la vérité.
Cette sagesse n’est point celle qui vient d’en haut; mais elle est terrestre, charnelle, diabolique.
Car là où il y a un zèle amer et un esprit de dispute, il y a du désordre et toutes sortes de mauvaises actions.
La sagesse d’en haut est premièrement pure, ensuite pacifique, modérée, conciliante, pleine de miséricorde et de bons fruits, exempte de duplicité, d’hypocrisie.
Le fruit de la justice est semé dans la paix par ceux qui recherchent la paix. Jacques 3.13/18  

La maîtrise de notre corps

Notre corps est la partie la plus fragile de notre être, parce que la plus exposée à cause de nos facultés sensorielles. Nos sens subissent toutes sortes de sollicitations venant de l'extérieur. Ils sont autant d'accès, de portes et de fenêtres, par lesquelles entrent et sortent des choses bonnes et mauvaises. C'est pourquoi la maitrise de soi, que produit le Saint-Esprit, doit s'appliquer tout particulièrement aux membres de notre corps et à nos cinq sens, afin de les maintenir dans ce qui est raisonnable, pur et saint.

L'apôtre Paul, qui était un homme de la même nature que nous, a écrit :

Je traite durement mon corps et je le maîtrise sévèrement, afin de ne pas être moi–même disqualifié après avoir prêché aux autres. 1 Corinthiens 9:27

Nous connaissons tous la fonction et la valeur de ces facultés sensorielles que Dieu a créées  et dont il nous a dotés : La vue, l'ouïe, le goût, le toucher et l'odorat. Souvent, trop souvent, nous sommes esclaves de leurs exigences charnelles et nous cédons à leurs désirs, alors que nos sens doivent demeurer nos serviteurs.

La vue

Nos yeux sont particulièrement attirés par toutes sortes d'images ou de scènes du monde, l'aspect et le comportement des personnes qui nous entourent. Or tout n'est pas bon à regarder. Le psalmiste dit qu'il ne mettra rien de mauvais devant ses yeux.

Je ne mettrai rien de mauvais devant mes yeux; Je hais la conduite des pécheurs; Elle ne s’attachera point à moi. Psaumes 101:3 

Job avait fait un pacte avec ses yeux et il dit qu'il  n’aurait pas arrêté ses regards sur une vierge. Job 31:1

Il y a dans l'Ancien Testament, un récit tout a fait représentatif de la séduction qui opère par ce que nous pouvons regarder : 

Acan répondit à Josué, et dit: Il est vrai que j’ai péché contre l’Eternel, le Dieu d’Israël, et voici ce que j’ai fait.
J’ai vu dans le butin un beau manteau de Schinear, deux cents sicles d’argent, et un lingot d’or du poids de cinquante sicles; je les ai convoités, et je les ai pris; ils sont cachés dans la terre au milieu de ma tente, et l’argent est dessous. Josué 7.20

Nous pouvons regarder et voir toutes sortes de choses, des belles comme des moins belles et des choses horribles. Le monde nous propose une foule d'images qui attirent nos regards et suscitent nos envies. C'est le principe de base da la publicité, autrement de la séduction

Nous sommes sensibles à l'apparence des individus, aux choses de  la vie, aux images que nous proposent les médias : magazines, journaux, cinéma,  télévision, Internet ...

L'apôtre Jean écrit que la convoitise des yeux fait partie de l'esprit du monde : 

N’aimez pas le monde, ni ce qui est dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est pas en lui ;car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais vient du monde. 1 Jean 2:15,16

L'impureté s'étale sous nos yeux à chaque instant et il faut faire des efforts pour ne pas se laisser entraîner avec complaisance dans  des regards intentionnels. Il y a un péché qui s'appelle le voyeurisme. Il consiste à rechercher les scènes impures et à s'y attarder. Le roi David a été entraîné à la faute parce qu'il s'est attardé à regarder une femme qui se baignait dans sa maison.

Le Seigneur Jésus enseigne que  quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur. Matthieu 5:28

Attention Mesdames à votre responsabilité par la séduction qui opère par la convoitise des yeux, dans votre façon de vous habiller de manière très suggestive : larges décolletés, vêtements moulés sur le corps, jupes très courtes, comportements aguichants, etc. ...

Jézabel est un modèle de séduction féminine.

Jéhu entra dans Jizreel. Jézabel, l’ayant appris, mit du fard à ses yeux, se para la tête, et regarda par la fenêtre. 2 Rois 9:30

Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu laisses la femme Jézabel, qui se dit prophétesse, enseigner et séduire mes serviteurs, pour qu’ils se livrent à l’impudicité et qu’ils mangent des viandes sacrifiées aux idoles. Apocalypse 2:20

L'apôtre Pierre exhorte à fuir la corruption qui existe dans le monde par la convoitise, 2 Pierre 1:4 

Tandis que l'apôtre Jacques enseigne que chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. Puis la convoitise, lorsqu’elle a conçu, enfante le péché; et le péché, étant consommé, produit la mort. Jacques 1.14/15

La maîtrise de soi consiste donc à contrôler nos yeux et la façon dont nous regardons les choses et les gens.

L'ouïe 

Nos oreilles sont sollicitées par toutes sortes de paroles, de discours, de musiques et de sons.

Il y a des musiques d'inspiration diverses : divine, humaine et diabolique. Certaines musiques apaisent, entraînent à la louange et à l'adoration,  d'autres produisent l'excitation, la gesticulation, et vont jusqu'à produire une sorte d'hystérie collective. Nous devons veiller à ne pas nous laisser emporter par n'importe quelle musique. 

Prenons garde aussi à la délectation des ragots, des rumeurs, des critiques; des paroles méchantes, des jugements injustes, ainsi que des propos équivoquent, des histoires malsaines.

Les paroles du rapporteur sont comme des friandises, Elles descendent jusqu’au fond des entrailles. Proverbes 18:8

Le méchant est attentif à la lèvre inique, Le menteur prête l’oreille à la langue pernicieuse Proverbes 17:4

Ceux qui tiennent des discours vains et profanes avancent  toujours plus dans l’impiété, et leur parole rongera comme la gangrène. 2 Timothée 2.16

Fermons nos oreilles à l'ouïe des choses nocives. Maîtrisons notre manière d'écouter.

Le goût 

Cette faculté de trouver aux aliments de la saveur,  nous permet de prendre notre nourriture avec plaisir. Cependant, il ne faut pas que le plaisir de manger et de boire devienne une passion qui va nous dominer.

Prenez garde à vous-mêmes, de crainte que vos cœurs ne s’appesantissent par les excès du manger et du boire ... Luc 21:34

Les excès de table font partie des œuvres de la chair :

... l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu. Galates 5:21

C’est assez, en effet, d’avoir dans le temps passé accompli la volonté des païens, en marchant dans la dissolution, les convoitises, l’ivrognerie, les excès du manger et du boire, et les idolâtries criminelles. 1 Pierre 4:3

La maîtrise de soi en ce qui concerne notre nourriture permet de ménager notre santé et nous garde lucides pour les choses de Dieu.

Le toucher 

C'est le sens qui permet d'apprécier ou non ce qui se dégage des choses ou des gens avec qui nous sommes en contact. Par le toucher nous réagissons au froid et au chaud, à ce qui est rugueux ou doux, ce qui est agréable ou non au toucher. Il concerne en particulier le plaisir du corps et a trait directement à la sensualité physique. Nous comprenons ce que cela veut dire.

Il est merveilleux de constater que le Seigneur nous a créés afin que nous puissions avoir du plaisir dans les choses courantes de la vie, telles que les caresses ou la manifestations de la tendresse et de l'amour, même dans une simple poignée de mains.

Il y a un domaine ou nous devons être particulièrement vigilants en ce qui concerne le toucher, c'est celui de la sexualité. C'est une chose naturelle, dont Dieu est le créateur, mais elle dérive souvent dans toutes sortes d'excès, dans la recherche  d'un plus grand plaisir avec des artifices et des comportements condamnables et immoraux.

Je crains qu’à mon arrivée mon Dieu ne m’humilie de nouveau à votre sujet, et que je n’aie à pleurer sur plusieurs de ceux qui ont péché précédemment et qui ne se sont pas repentis de l’impureté, de l’impudicité et des dissolutions auxquelles ils se sont livrés. 2 Corinthiens 12:21

Je veux vous rappeler, à vous qui savez fort bien toutes ces choses, que le Seigneur, après avoir sauvé le peuple et l’avoir tiré du pays d’Egypte, fit ensuite périr les incrédules; qu’il a réservé pour le jugement du grand jour, enchaînés éternellement par les ténèbres, les anges qui n’ont pas gardé leur dignité, mais qui ont abandonné leur propre demeure; que Sodome et Gomorrhe et les villes voisines, qui se livrèrent comme eux à l’impudicité et à des vices contre nature, sont données en exemple, subissant la peine d’un feu éternel. Jude 5/7

Marchons honnêtement, comme en plein jour, loin des excès et de l’ivrognerie, de la luxure et de l’impudicité, des querelles et des jalousies. Romains 13:13

Le contact physique fait partie des bonnes choses que Dieu a créées, mais si nous ne veillons pas à maitriser notre comportement dans ce domaine cela peut devenir dangereux et nous entraîner au mal. Aussi soyons prudents.

L'odorat

Le nez est un organe très sensible qui est capable de percevoir des milliers d'odeurs. Le psalmiste dit que les idoles ont un nez et ne sentent pas. Ceux qui offrent de l'encens à leurs statues ou à leur dieux imaginaires font une œuvre vaine et idolâtre.

On sait aussi que certaines odeurs produisent des effets hypnotiques ou euphorisants. Il y a des parfums apaisants ou agressifs, attirants ou repoussant.

L'odorat permet de discerner l'odeur d'un met succulent et met en appétit. Par lui nous sommes amenés à nous éloigner de ce qui est nauséabond ou à apprécier l'odeur d'un parfum agréable.

Jésus dit  que parfumer notre tête lorsque nous jeûnons est un moyen de le faire discrètement :

Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air triste, comme les hypocrites, qui se rendent le visage tout défait, pour montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense.
Mais quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage, afin de ne pas montrer aux hommes que tu jeûnes, mais à ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

Dans le culte de l'Ancienne Alliance un parfum particulier devait être composé pour une offrande à l'Eternel :

L’Eternel dit à Moïse : Prends des aromates, du stacté, de l’ongle odorant, du galbanum, et de l’encens pur, en parties égales.
Tu feras avec cela un parfum composé selon l’art du parfumeur ; il sera salé, pur et saint. Exode 30:34

Vous ne ferez point pour vous de parfum semblable, dans les mêmes proportions ; vous le regarderez comme saint, et réservé pour l’Eternel. Exode 30:37

Dans l'Alliance Nouvelle avec Dieu en Christ, notre culte est spirituel et les parfums agréables à Dieu consistent en prières, louanges, actions de grâces, libéralité, et don de soi.

Par lui (Jésus) offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c’est–à–dire le fruit de lèvres qui confessent son nom.
Et n’oubliez pas la bienfaisance et la libéralité, car c’est à de tels sacrifices que Dieu prend plaisir. Hébreux 13:15

Marie, la sœur de Lazare, à offert au Seigneur un parfum de grand prix :

Marie, ayant pris une livre d’un parfum de nard pur de grand prix, oignit les pieds de Jésus, et elle lui essuya les pieds avec ses cheveux ; et la maison fut remplie de l’odeur du parfum. Jean 12:3

Mais le parfum peut aussi servir à manifester ostensiblement le désir d'être remarqué. Dans ce domaine la modération consiste à demeurer discret.

La maîtrise de nos membres

Chaque membre de notre corps a une  fonction unique et celui qui  parait le plus petit a son importance. On dit de certaines personnes qu'elles sont extraverties, c'est à dire qu'elles s'expriment avec volubilité et force gestes. Aujourd'hui une mode nouvelle se manifeste dans les assemblées : la gestuelle. Ce serait plutôt souvent de la gesticulations inutile et provocante, parfois une forme de danse est même sensuelle et malsaine.

Dans la vie quotidienne, des personnes ont un maintient physique orgueilleux, d'autres ont des comportements  équivoques. Certains font des gestes menaçants et d'autres s'adonnent à la violence, frappent du poing et maltraitent leurs semblables. Ce sont des choses qui doivent être maîtrisées, en particulier chez ceux qui confessent appartenir au Seigneur Jésus-Christ.

Il y a un membre de notre corps sur lequel nous devons principalement veiller c'est la langue.

De même, la langue est un petit membre, et elle se vante de grandes choses. Voici, comme un petit feu peut embraser une grande forêt!
La langue aussi est un feu; c’est le monde de l’iniquité. La langue est placée parmi nos membres, souillant tout le corps, et enflammant le cours de la vie, étant elle-même enflammée par la géhenne. Jacques 5

Notre langue

Voilà un domaine où nous devons être particulièrement vigilants.  La maîtrise de soi doit s'appliquer avec rigueur aux paroles qui sortent de notre bouche :

Si quelqu’un croit être religieux, sans tenir sa langue en bride, mais en trompant son cœur, la religion de cet homme est vaine. Jacques 1:26

Qu’il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise, mais, s’il y a lieu, quelque bonne parole, qui serve à l’édification et communique une grâce à ceux qui l’entendent.
N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption.
Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie, et toute espèce de méchanceté, disparaissent du milieu de vous. Éphésiens 4.29/31 

Quant à l’immoralité et aux pratiques dégradantes sous toutes leurs formes, et à la soif de posséder, qu’il n’en soit pas même question entre vous : ce ne sont pas des sujets de conversation pour ceux qui appartiennent à Dieu,  pas plus que les propos grossiers ou stupides, et les plaisanteries équivoques. C’est inconvenant ! Exprimez plutôt votre reconnaissance envers Dieu.  Ephésiens 5.3/4  (Bible du Semeur)

L'apôtre Jacques a écrit à ce sujet  un texte qui est très révélateur de la nature humaine :

Nous bronchons tous de plusieurs manières. Si quelqu’un ne bronche point en paroles, c’est un homme parfait, capable de tenir tout son corps en bride.
Si nous mettons le mors dans la bouche des chevaux pour qu’ils nous obéissent, nous dirigeons aussi leur corps tout entier.
Voici, même les navires, qui sont si grands et que poussent des vents impétueux, sont dirigés par un très petit gouvernail, au gré du pilote.
De même, la langue est un petit membre, et elle se vante de grandes choses. Voici, comme un petit feu peut embraser une grande forêt!
La langue aussi est un feu; c’est le monde de l’iniquité. La langue est placée parmi nos membres, souillant tout le corps, et enflammant le cours de la vie, étant elle-même enflammée par la géhenne.
Toutes les espèces de bêtes et d’oiseaux, de reptiles et d’animaux marins, sont domptés et ont été domptés par la nature humaine; mais la langue, aucun homme ne peut la dompter; c’est un mal qu’on ne peut réprimer; elle est pleine d’un venin mortel.
Par elle nous bénissons le Seigneur notre Père, et par elle nous maudissons les hommes faits à l’image de Dieu.
De la même bouche sortent la bénédiction et la malédiction. Il ne faut pas, mes frères, qu’il en soit ainsi.
La source fait-elle jaillir par la même ouverture l’eau douce et l’eau amère?
Un figuier, mes frères, peut-il produire des olives, ou une vigne des figues? De l’eau salée ne peut pas non plus produire de l’eau douce. Jacques 3.2/12 

Le psalmiste dit :

Je veillerai sur mes voies, de peur de pécher par ma langue; je mettrai un frein à ma bouche ... Psaumes 39:1 

Conscient de la difficulté, il invoquait le secours du Seigneur :

Eternel, mets une garde à ma bouche, Veille sur la porte de mes lèvres! Psaumes 141:3

Le Seigneur Jésus-Christ enseigne que nous devons maitriser les paroles qui sortent de nos lèvres, même lorsque nous prions :

En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens, qui s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Matthieu 6:7

C'est aussi ce qui est écrit dans le livre de l'Ecclésiaste :

Prends garde à ton pied, lorsque tu entres dans la maison de Dieu ; approche–toi pour écouter, plutôt que pour offrir le sacrifice des insensés, car ils ne savent pas qu’ils font mal.
Ne te presse pas d’ouvrir la bouche, et que ton cœur ne se hâte pas d’exprimer une parole devant Dieu ; car Dieu est au ciel, et toi sur la terre : que tes paroles soient donc peu nombreuses.
Car, si les songes naissent de la multitude des occupations, la voix de l’insensé se fait entendre dans la multitude des paroles. Ecclésiaste 5:1

Notre langue doit donc être maîtrisée afin que nouons l'utilisions non pour la malédiction, maos pour la bénédiction, comme une source d'eau fraiche et pure qui communique la grâce de Dieu.

Qu’il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise, mais, s’il y a lieu, quelque bonne parole, qui serve à l’édification et communique une grâce à ceux qui l’entendent. Ephésiens 4:29

La maîtrise de soi est le fruit de l'Esprit

Ce que je viens de vous dire, vous interpelle certainement et en lisant ces paroles nous prenons d'avantage conscience de notre faiblesse à maîtriser les choses de notre vie et de notre besoin du secours du Seigneur.

Nous pouvons nous écrier avec l'apôtre Paul :

Misérable que je suis! Qui me délivrera du corps de cette mort ?…  Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur!… .Romains 7:24 

Nous devons bien comprendre qu'il ne s'agit pas de rechercher la maîtrise de soi par des pratiques religieuses austères, consistant dans des préceptes  qui ne sont fondés que sur les ordonnances et les doctrines des hommes et qui tous deviennent pernicieux par l’abus, selon que l'écrit l'apôtre Paul :

Qu’aucun homme, sous une apparence d’humilité et par un culte des anges, ne vous ravisse à son gré le prix de la course, tandis qu’il s’abandonne à ses visions et qu’il est enflé d’un vain orgueil par ses pensées charnelles, sans s’attacher au chef, dont tout le corps, assisté et solidement assemblé par des jointures et des liens, tire l’accroissement que Dieu donne.
Si vous êtes morts avec Christ aux rudiments du monde, pourquoi, comme si vous viviez dans le monde, vous impose-t-on ces préceptes:
Ne prends pas! ne goûte pas! ne touche pas! préceptes qui tous deviennent pernicieux par l’abus, et qui ne sont fondés que sur les ordonnances et les doctrines des hommes?
Ils ont, à la vérité, une apparence de sagesse, en ce qu’ils indiquent un culte volontaire, de l’humilité, et le mépris du corps, mais ils sont sans aucun mérite et contribuent à la satisfaction de la chair. Colossiens 2.18/23

La maîtrise de soi, dont il est question ici, est spirituelle. Elle n'est pas le fruit de la nature humaine,  mais elle est produite dans notre cœur par le Saint-Esprit.

Il est important que nous soyons persuadés que les choses spirituelles viennent de Dieu et nous sont accordées en Christ. 

Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ!1 Corinthiens 15:57 

Il en est ainsi de la maîtrise de soi. Elle est le produit de notre communion avec le Seigneur, selon ses paroles :

Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi.
Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. Jean 15.4/5

Si vous vous désespérez de votre faiblesse, sachez que la force est en Christ. Par son Esprit il produit en nous le vouloir et le faire. Il affermit notre volonté et nous rend capables de tenir notre être entier assujetti.

A lire ou à relire : Le Cep et les sarments

Haut de page

Lire aussi :